Exprimer mon avis

Novact recrute un(e) expert(e) en capitalisation Retour vers les opportunités



Échéance

10 Mai 2019 Il y a 1 an

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Kasserine et 4 autre(s) régions

Contexte 

L’extrémisme violent est un affront aux valeurs de la société civile engagée dans le maintien d’une paix positive et dans la promotion d’une vraie démocratie, de la sécurité humaine, du développement durable, de la justice sociale et de la protection des droits humains.
Du 28 au 30 janvier 2018, la conférence de Barcelone « Vers un nouveau paradigme : Prévenir l’Extrémisme Violent » a accueilli 322 personnes représentant, 172 institutions de la société civile de 22 pays de la région euro-méditerranéenne qui ont été impliquées dans un processus participatif pour la formulation de «la Déclaration de Barcelone : Plan d’Action de la société civile euro-méditerranéenne pour prévenir toutes les formes d’extrémisme violent » et le lancement d’une plateforme régionale appelée « Observatoire pour la Prévention de l’Extrémisme Violent (OPEV) ».
En 22 février à Tunis 2018, plus de 60 organisations de la société civile tunisienne, des représentants des Nations Unies et Wim Kok, ancien premier ministre des Pays-Bas et ancien président du Club de Madrid ont participé au séminaire « Renforcer la résilience et les discours alternatifs: vers un nouveau plan d’action tunisien pour la prévention des extrémismes violents ». Ce séminaire a présenté différentes stratégies internationales pour la prévention de l’extrémisme violent, les principaux résultats de la conférence de Barcelone et discuté des priorités entre les organisations de la société civile qui ont souligné l’importance de la mise en réseau et la collecte d’actions prioritaires en Tunisie.

Présentation projet SALAM

Le projet « SALAM » vise la promotion des valeurs démocratiques de la paix et de la dignité humaine en Tunisie à travers le renforcement des compétences des acteurs non-étatiques en matière de Prévention de l’Extrémisme Violent (PEV). Pour aborder d’une façon multidisciplinaire un phénomène aussi complexe, « SALAM » est conçu par les partenaires suivants : deux organisations internationales spécialisées dans la construction de la paix et la PEV (NOVACT et GVC); deux organisations qui détiennent le Prix Nobel de la Paix, clés dans la défense des DH et de la cohésion sociale en Tunisie (LTDH et UGTT); une association féministe agissant pour la défense des droits des femmes et l’égalité de genre en Tunisie (ATFD) et une association spécialisée dans la lutte contre la radicalisation des jeunes en Tunisie (FSA). Les partenaires de cette initiative ont piloté la rédaction du Plan d’Action de la société civile Euro-méditerranéenne pour la PVE, lancé l’Observatoire pour la Prévention de l’Extrémisme Violent en Tunisie (l’OPEV en Tunisie).

Dans ce contexte, et dans l’objectif de renforcer la résilience des jeunes face aux récits extrémistes et créer des espaces de création artistique porteurs de discours alternatifs, les partenaires du projet mettent en place un programme d’activités artistiques au profit des jeunes des régions cibles.

Objectif de la mission

L’objectif général de ce service est de capitaliser l’expérience du programme des activités artistiques mené par les partenaires du projet dans les régions de Grand Tunis, Tataouine, Médenine, Kasserine, Kef et son impact dans la prévention des extrémismes violents auprès des jeunes.
Les objectifs spécifiques sont : 1. Produire un rapport d’évaluation de la mise en œuvre du programme d’activités artistiques implémenté dans le cadre du projet « SALAM », 2. Produire un manuel au profit des acteurs intervenant dans le secteur de la jeunesse afin de les guider et leur donner des pistes concrètes sur comment mettre en place des actions visant à renforcer la résilience des jeunes à l’extrémisme violent à travers l’art, la culture et le sport. Ce manuel devrait être basé sur les meilleures pratiques du programme d’activités artistiques du projet « SALAM ».

Description de la mission

Pour l’objectif spécifique 1, la mission consiste à :

  • Élaborer un rapport d’évaluation qui explique l’expérience qui a été conduite, incorporant les lieux de la tenue des activités, le système d’identification des bénéficiaires, leur profile, les disciplines artistiques utilisés, le programme et les impacts obtenus.
  • Expliquer clairement les méthodes d’intervention ainsi que les outils mis en place dans le cadre du programme artistique.
  • Analyser et documenter les résultats positifs et négatifs du programme aux niveaux des jeunes bénéficiaires et communautaire dans les zones cibles. Faire une analyse SWOT en se basant sur les résultats positifs et négatifs obtenus.
  • Mettre en avant les bonnes pratiques du programme et identifier les éventuelles mauvaises pratiques mises en œuvre.
  • Analyser et documenter la perception des différentes parties prenantes du projet par rapport à l´approche mis en place.
  • Analyser et documenter les freins, barrières, facteurs contributeurs et inhibiteurs pour atteindre un impact sur la prévention des extrémismes violents dans les zones cibles, à travers l’approche mise en place.
  • Formuler des recommandations techniques et opérationnelles aux porteurs du projet par rapport au programme mis en œuvre.

Pour l’objectif spécifique 2, la mission consiste à :

  • Élaborer un manuel de Capitalisation au profit des acteurs intervenant dans le secteur de la jeunesse. Ce manuel mettra en avant des propositions méthodologiques concrètes pour la mise en place de programmes visant à renforcer la résilience des jeunes face à l’extrémisme violent en se basant sur les résultats obtenus à travers le projet SALAM.
  • Analyser et modéliser l’expérience et les savoir-faire acquis par les jeunes bénéficiaires et les porteurs du projet afin que les acteurs qui agissent dans le secteur jeunesse (OSC, institutions publiques, autres) puissent dupliquer l’experience.
  • Participer à partager nos résultats avec d’autres acteurs à travers la publication, la diffusion et la restitution de l’expérience.

Le consultant aura pour principales tâches de répondre aux questions suivantes :

  • Qu’est ce qui a été effectué ?
  • Comment ces activités ont-elles été menées ?
  • Pourquoi ces choix ?
  • Quelles sont les leçons apprises ?
  • Quelles sont les bonnes pratiques ?
  • Quelles recommandations avons-nous pour les interventions futures ?

Productions attendues

Note de cadrage :

La note de cadrage de la mission présente la méthodologie et le plan de travail proposés ainsi que les outils utilisés pour la capitalisation (questionnaires, guides d’entretien). Cette note sera soumise aux commentaires des partenaires. Elle devra contenir dans ses annexes les documents suivants : 1. Guide de discussion et d’observation ; 2. Modèle de rapport à être utilisés par les porteurs du projet pour faire le repporting de chacune des séances du programme des activités artistiques. Ce modèle de rapport doit contenir des indications claires, compréhensibles et détaillées sur comment il doit être rempli.

La méthodologie proposée dans la note de cadrage devra comporter à minima :

  • Séances de briefing avec les partenaires du projet
  • Validation de la note de cadrage et de ses 2 annexes
  • Lecture des rapports de chacune des séances produites par les partenaires
  • Observations directes
  • Entretiens ou ateliers avec les parties prenantes
  • Rédaction du rapport d’évaluation et du manuel de capitalisation
  • Validation des documents produits par les partenaires
  • Partage des résultats.

Résultats préliminaires et recommandations :

Cette restitution initiale peut se faire sous la forme d’un rapport préliminaire qui peut servir de base à la restitution en équipe et à la discussion.
Ce rapport préliminaire devra comporter à minima :
Pour l’objectif spécifique 1 :

  • Une présentation du programme mis en place incorporant les lieux de la tenue des activités, le système d’identification des bénéficiaires, leur profile, les disciplines artistiques utilisés, le programme et les méthodes de mise en œuvre. Entre 10 et 20 pages.
  • Une évaluation analytique de l’expérience mise en œuvre contenant à minima : 1. Description détaillé des impacts positifs et négatifs obtenus ; 2. Description des bonnes et mauvaises pratiques encourues ; 3. Comparaison des résultats obtenus en termes de PEV entre les bénéficiaires et dans leurs communautés par disciplines, selon le profil des participants et la méthodologie utilisée pour leur identification, et selon les espaces utilisés ; 4. Analyses des différents niveaux d’implication des participants et des différents acteurs agissant dans le secteur de la jeunesse par commune ou quartier cible ; 5. Analyses SWOT des résultats obtenus ; 6. Analyses des freins, barrières, facteurs contributeurs et inhibiteurs pour atteindre un impact sur la prévention des extrémismes violents dans chacune des zones cibles. Entre 30 et 50 pages.
  • Des recommandations techniques et opérationnelles aux porteurs du projet par rapport au programme mis en œuvre. Entre 5 et 10 pages.

Pour l’objectif spécifique 2 :

  • Une introduction sur l’importance d’utiliser l’art et le sport pour renforcer la résilience des jeunes à l’extrémisme violent et renforcer la cohésion sociale. Entre 5 et 10 pages.
  • Explication sur les étapes et la méthodologie de travail à mettre en œuvre pour le montage d’un programme culturel, artistique ou sportif pour renforcer la résilience des jeunes à l’extrémisme violent et renforcer la cohésion sociale : comment identifier les participant-e-s ; comment identifier les responsables de la mise en œuvre du programme (facilitateurs, coordinateurs, …) ; quel programme de capacitation est nécessaire pour les responsables de la mise en œuvre du programme avant le démarrage des activités ; comment susciter l’intérêt des participant-e-s à y participer ; nombre des séances, modèle de programme et contenus à être abordés pour chaque séances ; disciplines artistiques, culturelles et sportives conseillées ; comment faire un bon repporting ; possibles activités d’échange, partage et célébration avec les participant-e-s (évènements publics, etc.) ; comment faire un bon processus d’évaluation et capacitation. Entre 30 et 50 pages.
  • Tips, conseils et bonnes pratiques : Tips et conseils pour les facilitateurs ; comment communiquer sans stigmatiser ; comment gérer les conflits ; communication nonviolente. Entre 5 et 10 pages.
  • Recommandations sous la forme de propositions méthodologiques concrètes pour la mise en place de programmes visant à renforcer la résilience des jeunes face à l’extrémisme violent. Entre 10 et 15 pages.

Les porteurs du projet disposent ensuite de trois semaines à compter de la réception du rapport provisoire pour émettre ses commentaires et observations.

Rapport Final :

Le rapport final sera sous un seul format en version externe à publier et en langue française.

Organisation et déroulement

Durée estimée de la mission : 3 mois.
Date de démarrage provisoire : 20 mai 2019
La/le(s) chargé-e-s de cette mission obéit à une obligation de confidentialité : il(s)/ elle(s) ne doit publier ou divulguer aucune information portée à sa connaissance dans le cadre du travail sollicité, à aucune personne non autorisée.

Candidature et sélection

Les candidat-e-s doivent fournir les documents suivants pour être éligibles pour l’appel à service :

Le dossier de candidature devra contenir :

  • Un CV actualisé du consultant détaillant les expériences en lien avec la consultance
  • Une offre technique et méthodologique avec un plan de travail détaillé
  • Une offre financière indiquant les coûts unitaires et unités pour chaque rubrique (honoraires du consultant, transport, personnel de soutien, etc.)
  • Les références de travaux et rapports d´études déjà réalisés par la/le(s) soumissionnaires dans le cadre de travaux similaires

Les critères qui seront tenus en compte lors du choix de l’offre gagnante sont les suivants :

  • Prix (25%)
  • Méthodologie (45%)
  • Expérience (30%)

Critères d'éligibilité

  • Expérience similaire dans ce type d’exercice ou en évaluation des projets ;
  • Expérience professionnelle avec des ONG
  • Avoir une expérience prouvée dans le domaine de capitalisation et transfert de connaissances et l’élaboration d’un dispositif de suivi &évaluation
  • Très bonne connaissance du contexte socioculturel de la Tunisie ;
  • Forte capacité d’analyse, de synthèse et de rédaction ;
  • Expérience dans le domaine de l’approche participative ;
  • Parfaite maîtrise du français et de l’arabe. L’anglais est un plus.
  • Une bonne connaissance des questions relatives à l’extrémisme violent
  • Une sensibilité à l’approche des droits humains et du genre.

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Contacts

d1a71bc201bab9756c6e9e31cf4bb498

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à candidatures Publié sur Jamaity le 29 avril 2019


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo