Exprimer mon avis

Le GRDR en Tunisie recrute un(e) Coordinateur/trice technique Migration-Développement Retour vers les opportunités



Échéance

09 Octobre 2017 Il y a 3 ans

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Tunis

Titre du poste : Coordinateur/trice technique Migration-Développement du Grdr en Tunisie.

Projet : Intégration des questions migratoires au niveau local en Tunisie (UE-AFD).

Type de contrat : CDI – Expatrié(e) (NB : Profil double nationalité accepté).

Zone d’intervention : Tunisie – Tunis, déplacements fréquents en région, Missions en Europe/Sahel

Calendrier: Poste à pourvoir au 1er novembre 2017

Ville : Tunis – Déplacements : fréquents en régions, possibles en Europe/Sahel.

Fonctions : Coordination, Gestion de projet

Activités : Appui institutionnel, Décentralisation

Pays : Afrique, Tunisie

Contrat : CDI

Durée du contrat : CDI – Expatrié(e) (NB : Profil double nationalité accepté).

Salaire / Indemnité : Suivant grille Grdr en vigueur.

LE GRDR

Depuis sa création en 1969, le « Grdr, Migration-Citoyenneté-Développement » (www.grdr.org) accompagne les initiatives portées par les migrants et leurs partenaires sur les territoires le long des parcours migratoires [Afrique de l’ouest (Mali, Mauritanie, Sénégal, Guinée Bissau), Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) et Europe (France, Italie, Espagne)].

Le Grdr inscrit son action dans un monde où les interdépendances entre continents, pays et régions se renforcent, alors que les inégalités et la précarité augmentent. Il veut contribuer à la construction d’un monde plus juste et plus solidaire. Il considère que la mobilité des hommes et des femmes est une chance pour les sociétés, une nécessité pour la construction du monde de paix de demain dans lequel nos sociétés en Afrique et en Europe sont liées (cf. charte).

LES MIGRATIONS EN TUNISIE : ELEMENTS DE CONTEXTE

La Tunisie connait d’importantes mobilités internes qui reflètent l’accroissement du déséquilibre et des inégalités entre les territoires côtiers du nord et de l’est avec les régions de l’intérieur et du sud. Mais c’est aussi un pays de forte tradition migratoire – 12 % de la population totale a émigré1. Elle est également devenue depuis quelques années un pays de transit légal ou clandestin pour les migrants en direction de l’Europe et enfin un pays d’immigration qui connait un afflux de migrants liés aux crises des pays voisins (Lybie, Mali) et des populations d’Afrique Sub-saharienne désireuses de rejoindre l’Europe.

Ainsi, la Tunisie s’est donné pour objectif de renforcer la contribution de la migration au développement socio-économique au niveau local, régional et national. Suite à la révolution de Jasmin (2010-2011), le gouvernement tunisien a lancé le processus d’élaboration du document intitulé Stratégie Nationale sur la Migration (2012) qui, en 2015, a été repris et enrichi suite aux commentaires et ajouts des partenaires nationaux et internationaux. Cette mise à jour du document de la Stratégie nationale migratoire – en attente d’adoption – a coïncidé avec le lancement des travaux pour la préparation du Plan quinquennal de développement économique et social 2016-2020 qui accorde une importance particulière au soutien des Tunisiens résidant à l’étranger.

C’est dans ce contexte que le Partenariat pour la mobilité (PPM) a été signé le 3 mars 2014 entre l’UE, 10 de ses Etats membres (dont les 3 pays accueillant le plus de Tunisiens : la France, l’Italie et l’Allemagne) et la Tunisie (cf. Projet Lemma, Soutenir le Partenariat UE-Tunisie pour la Mobilité (2015-2018). Par la suite, fin 2016, l’Union Européenne a instruit les premiers projets de la fenêtre Afrique du Nord du Fonds fiduciaire d’urgence (FFU) en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique, dont le présent programme intitulé « Favoriser la mise en oeuvre de la stratégie nationale migratoire de la Tunisie ».

PENSER LES ARTICULATIONS « MIGRATION-DÉVELOPPEMENT » A L’ÉCHELLE LOCALE

Depuis la révolution de Jasmin (2011), l’Etat tunisien a fait de la décentralisation un des piliers du développement du pays. Il est prévu un processus de planification du développement territorial à deux échelles : la Région et la Commune. La création du Ministère des Affaires Locales et Environnementales (MALE, janvier 2016) renouvèle la volonté de mettre en oeuvre cette politique de décentralisation, creuset favorable au déploiement des articulations « migration-développement » (élections locales fin 2017 ?).

En 2014, l’association Grdr a réalisé, pour le compte de l’Agence Française de Développement (AFD), une étude intitulée « La dimension locale de la dialectique Migration-Développement – le Cas France-Sénégal ». L’utilisation des outils proposés (3ème partie) a ensuite fait l’objet d’une expérimentation réussie en Tunisie (fin 2015- début 2016) dans le cadre d’un projet « Santé pour tous » mobilisant les ressortissants tunisiens en Italie et financé en région de Kasserine et en Toscane (Italie) par l’Initiative Conjointe Migration-Développement (ICMD). L’objectif était de former les acteurs étatiques et locaux sur les techniques d’approche territoriale des problématiques articulant « Migration et Développement » (M&D).

Depuis 2012, de con côté, l’association Mercy Corps a développé un projet intitulé « Tounes Tekhdem » (« La Tunisie au travail »), en partie financé par l’AFD : il s’agit d’un programme de soutien à l’emploi et à l’entreprenariat des jeunes dans les Gouvernorats de Gafsa, Kasserine, Médenine et Tataouine. Ce projet a permis la mobilisation des compétences personnelles des jeunes, la formation en éducation financière, la création de services d’accompagnement aux entrepreneurs, l’appui à la création d’entreprises, la création d’emplois. La spécificité du travail de Mercy Corps est en effet de redonner aux jeunes leur capacité d’initiative, la volonté de construire un projet personnel d’activité par ses séances de coaching.

C’est fort de ces expériences que le partenariat entre l’AFD, Mercy Corps, spécialisé sur l’insertion socio-économique des jeunes, et le Grdr, spécialisé sur les stratégies de développement local dans les zones de migration, est né. Ils ont ainsi pu élaborer ensemble le contenu du projet intitulé « Intégration des questions migratoires au niveau local en Tunisie » qui constitue la quatrième composante du programme « Favoriser la mise en oeuvre de la stratégie nationale migratoire de la Tunisie » (FFU, UE-Tunisie). Cette initiative est fondée sur la mise en valeur inédite et innovante des expertises de chacune des parties prenantes qui résulte d’une série d’études et d’actions pilotes et d’une coopération efficace et durable.

PRÉSENTATION DU PROJET

Le projet « Intégration des questions migratoires au niveau local en Tunisie » vise conjointement à :

  • Animer le dialogue entre l’ensemble des acteurs locaux publics et privés pour élaborer des outils de planification intégrant la dimension migratoire (Grdr) ;
  • Appuyer l’employabilité des jeunes en agissant à la fois sur la capacité d’initiative, l’accompagnement technique et l’accompagnement financier (Mercy Corps).

L’objectif général de l’action est de contribuer au développement de mécanismes efficaces pour aborder la problématique de la migration au niveau local à travers des initiatives d’intégration économique et sociale dans les régions affectées par la migration.

Les objectifs spécifiques et les résultats attendus (RA) sont :

  1. Améliorer la connaissance des acteurs locaux de la situation migratoire de leur territoire [RA : Les profils migratoires territoriaux sont élaborés et partagés dans des cadres de concertation locaux] ;
  2. Renforcer la prise en compte des enjeux migratoires dans les stratégies de développement local [RA : Les autorités locales intègrent les migrations comme facteur clef des plans locaux de développement] ;
  3. Renforcer les écosystèmes locaux d’appui à l’insertion socio-économique [RA : Des services d’appui à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes (femmes et hommes) sont développés] ;
  4. Soutenir des initiatives locales renforçant l’insertion des populations vulnérables et/ou le lien du territoire à sa diaspora [RA : Des projets favorisant l’engagement des populations et de la diaspora dans la vie de leurs territoires sont soutenus] ;
  5. Faire bénéficier d’autres territoires tunisiens des expériences et des outils du projet [RA : Les initiatives pilotées sont capitalisées et diffusées afin de faciliter leur déploiement] ;

LIENS HIÉRARCHIQUES ET FONCTIONNELS, ROLE ET DESCRIPTION DES TACHES

Le/La coordinateur/trice technique du Grdr en Tunisie, salarié(e) du Grdr (de droit français), travaillera :

  • sous la responsabilité hiérarchique du chef de projet Mercy Corps (basé à Tunis),
  • Sous la responsabilité opérationnelle de la coordinatrice des programmes Maghreb-Méditerranée (à Montreuil), et
  • en étroite coopération avec le référent thématique « Migration-Développement » (à Montreuil).

Il/Elle aura pour tâche de mener à bien toutes les activités prévues dans le cadre du projet « Intégration des questions migratoires au niveau local en Tunisie » [composante 4 du programme « Favoriser la mise en oeuvre de la stratégie nationale migratoire de la Tunisie » (FFU, UE-Tunisie)].

Plus particulièrement, il/elle sera chargé(e) de coordonner les activités des objectifs 1 et 2 du programme, en lien avec les équipes de chargés de mission de Mercy Corps dans les 4 régions ciblées. R1- Résultat 1 Les profils migratoires territoriaux sont élaborés et partagés dans des cadres de concertation locaux
Les activités du Résultat 1 visent à améliorer la connaissance des acteurs locaux de la situation migratoire de leur territoire. Elles constituent un préalable indispensable aux activités du Résultat 2, axées sur l’intégration des questions migratoires dans les stratégies de développement local.

Ces activités seront ainsi destinées à l’ensemble des acteurs locaux indispensables à l’animation d’un dialogue territorial autour des questions migratoires : institutions publiques du gouvernorat, élus communaux (ou délégués), société civile, secteur privé, représentants de la diaspora2, représentants de la population y compris immigrés, migrants de retour et jeunes susceptibles de migrer. Les acteurs de la recherche (enseignants-chercheurs, universités) seront également associés aux travaux de production de connaissances et d’analyses.

  • R1. A1 Activité 1.1 Formation des acteurs locaux sur les questions « migration-développement » et les méthodologies du projet.
  • R1. A2 Activité 1.2 Réalisation de profils migratoires territoriaux et mise en place de cadres de concertation (méthodologie et outils d’animation Grdr).
  • R2 Résultat 2 Les autorités locales intègrent les migrations comme facteur clef des plans locaux de développement

Les activités du Résultat 2 visent à renforcer la prise en compte des enjeux migratoires dans les stratégies de développement local, en adoptant une approche globale qui embrasse à la fois l’impact positif (comment maximiser les plus-values apportées par les migrations ?) et négatif (comment minimiser les moins-values ?) de la migration sur le développement.

Le public visé par ces activités est le même que celui du Résultat 1, s’agissant de la poursuite du processus engagé avec les acteurs locaux autour du profil migratoire.

  • R2.A1 Activité 2.1 Animation de cadre de concertation locaux pluri-acteurs pour l’élaboration de plans d’actions locaux « migration-développement »
  • R2.A2 Activité 2.2 Organisation de missions « double-espace »3 à la rencontre de la diaspora et des partenaires de coopération internationale.
  • R2.A3 Activité 2.3 Mise en place de centres de ressources sur les migrations.

A NOTER :

  • Le/La coordinateur/trice technique du Grdr en Tunisie pourra participer – seul(e) ou en mobilisant les collègues au siège, et aux côtés des représentants de l’équipe Mercy corps – aux différentes instances de gouvernance du projet (réunion des comités locaux de suivi dans les 4 régions, réunion d’échange du projet et comité technique de la composante 4) et du programme (COPIL du programme global FFU).
  • Le/La coordinateur/trice technique du Grdr en Tunisie participera aux différents temps de rencontres des équipes du Grdr et assurera la représentation institutionnelle du Grdr en Tunisie lors d’évènements spécifiques qui relèvent des champs d’expertise du Grdr (cf. Prog. PCPA, Décentralisation/ Développement Local, Migration&Développement, DEL/SA, Coopération transfrontalière…).

LIEU D’AFFECTATION ET SALAIRE

  • Localisation : Basé(e) à Tunis (Tunisie) ;
  • Déplacements : fréquents en régions, possibles en Europe/Sahel.
  • Salaire : Suivant grille Grdr en vigueur.

 

Critères d'éligibilité

  • Diplôme universitaire (minimum BAC+4): en développement local, sciences politiques, géographie, économie du développement, etc.
  • Expérience de 5 ans minimum en gestion de projets de développement (analyse de contexte, conception, programmation, supervision, reporting technique et financier, capitalisation)
  • Bonne connaissance de la Tunisie et plus généralement des pays du Maghreb
  • Expertise avérée en termes Développement local et coopération territoriale : outils et techniques d’animation du développement local (élaboration de questionnaires, collecte de données, gestion de base de données, analyse de l’information, SIG) ; transmission de connaissances (formation).
  • Une bonne connaissance des problématiques migratoire et des enjeux Migration & Développement
  • Aptitude confirmée à travailler en pluri-acteurs: institutionnel, politique, associatif, économique.
  • Une bonne expérience de gestion de projet en Tunisie (ou au Maghreb)
  • Une capacité d’utilisation des systèmes d’informations géographiques (SIG, type ARC GIS) et/ou de cartographie assistée par ordinateur (type Adobe Illustrator)
  • La maitrise de l’arabe (notamment parlé).
  • Rigueur et autonomie dans le respect des taches déléguées (cahier des charges, feuille de route)
  • Excellentes capacités à l’oral et à l’écrit, notamment d’analyse et de synthèse
  • Sens de l’organisation : temps de travail, logistique évènementielle, gestion partenariale.
  • Capacité de travail en équipe pluridisciplinaire et multiculturelle, management d’équipe.
  • Sens de la communication multi acteurs : écoute, souplesse, adaptation.
  • Contraintes: forte mobilité et disponibilité fréquemment requise le week-end.

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Plus d'informations

Lien de l'opportunité

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Offre d'emploi Publié sur Jamaity le 5 octobre 2017


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo