Exprimer mon avis

Handicap international recrute un(e) consultant(e) pour une mission d’évaluation Retour vers les opportunités



Échéance

11 Août 2015 Il y a 6 ans

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Tunis
Domaines concernées par cette opportunité: Droit des minorités

Mission d’évaluation finale du projet « Vie Autonome et Participation sociale : vers une nouvelle prise en compte des Personnes en Situation de Handicap dans les dynamiques locales de développement » Tunisie – août/septembre 2015

 

Echéance : 11 Aout 2015

Nom du contact : Taoufik Lazghab

Email de contact : [email protected]

Poste de la personne à contacter : Chef de projet

Résumé de la mission:

La mission consiste à effectuer l’évaluation finale du projet

 » Vie Autonome et Participation sociale » : vers une nouvelle prise en compte des Personnes en Situation de Handicap dans les dynamiques locales de développement » mis en œuvre par Handicap International en partenariat avec en partenariat avec l’Association Générale des insuffisants Moteurs à Douz (AGIM), et l’Union Tunisienne d’ Aides aux Insuffisants Mentaux à Gabès (UTAIM).Cofinancé par la délégation de l’Union Européenne en Tunisie (DUEet Handicap International (HI), ce projet a démarré en mai 2012 et s’achèvera enseptembre 2015. Il vise à améliorer l’accès aux services des personnes en situation de handicap (PSH) aux villes de Gabès, Douz et Kébili. D’une durée de 10 joursà 15 jours cette évaluation finale externe est prévue dans le document de projet initial ; elle a un objectif rétrospectif (évaluation des résultats, de l’impact, de la pérennité, de l’efficience….) mais aussi un rôle prospectif (recommandations pour le futur)

1. Présentation de la structure commanditaire :

Handicap International et de ses interventions au Maghreb a) Présentation de la Fédération Handicap International Handicap International est une association de solidarité internationale spécialisée dans le domaine du handicap, non gouvernementale, non confessionnelle, sans affiliation politique et à but non lucratif, elle intervient dans tous les contextes aux côtés des personnes en situation de handicap, pour leur prêter assistance et les accompagner dans leur prise d’autonomie. Depuis sa création en 1982, l’organisation a mis en place des programmes de développement dans près de 60 pays, et intervient dans de nombreuses situations d’urgence. En 1997, Handicap International a reçu le prix Nobel de la paix aux côtés des autres ONG de la Campagne internationale pour Interdire les Mines (ICBL), dont elle est cofondatrice.

Mission et valeurs:

L’association intervient dans tous les contextes aux côtés des personnes en situation de handicap, pour leur prêter assistance et les accompagner dans leur prise d’autonomie. L’aide déployée par l’association s’effectue selon une approche globale et inclusive qui considère les personnes en situation de handicap au sein de leur environnement social, économique et culturel. Autrement dit, il s’agit de permettre aux personnes en situation de handicap de vivre dignement par l’égalité de l’accès aux soins, mais aussi au travail et aux loisirs. Les programmes comme les actions de plaidoyer de l’association s’inscrivent dans une démarche de satisfaction des Droits de l’homme, qui fondent les principes de dignité, de participation, de non-discrimination et de proximité des dispositifs répondant aux besoins des populations.

Mode d’intervention:

Dans les contextes de crise comme dans une perspective de développement, Handicap International place les personnes en situation de handicap au cœur de sa stratégie d’intervention, en apportant le plus grand soin à ce que les populations accompagnées deviennent progressivement actrices de leur propre développement. Pour ce faire, chaque fois que cela est possible, l’association s’appuie sur les réseaux existants dans les pays (associations d’entraide ou de personnes en situation de handicap, instances régionales ou gouvernementales) et leur apporte structure et soutien pour renforcer leurs capacités d’intervention.

b) Le programme de Handicap International au Maghreb Handicap International a procédé en août 2011 à une fusion de deux programmes préexistants (Maroc / Tunisie et Algérie) en un seul programme Régional Maghreb.

Le bureau régional est basé à Rabat au Maroc, composé d’un Directeur Régional et d’une équipe de coordination régionale (Coordinateur technique, Coordinateur Méthodologie, Coordinateur des Services supports).

Dans chacun des 3 pays, un Chef de mission ou un Coordinateur – pays assure la coordination de l’ensemble des projets, la représentation de l’association dans le pays, le développement de nouvelles actions, etc… En parallèle à cette régionalisation, le programme a initié un travail de revue stratégique ayant mené en novembre 2011 à la validation du Cadre Opérationnel Pluriannuel (COP) pour la période 2012 – 2016. Le processus a consisté notamment en une analyse approfondie du contexte dans chaque pays, des enjeux liés aux divers secteurs d’intervention, des besoins des divers groupes cibles, des acteurs en présence. Le document final précise les pistes d’intervention pour la période concernée, les secteurs prioritaires, les modalités opérationnelles, le mode de suivi de la stratégie.

Cette stratégie est déclinée en 4 axes, articulées autour des quatre grandes familles d’acteurs incontournables dans un système de prestations de services garantissant des réponses de qualité et pérennes aux besoins des personnes en situation de handicap.

AXE 1 : LES DECIDEURS Objectif : Les décideurs aux niveaux national et local sont mobilisés et appuyés pour mieux assurer leur rôle de régulation du système global d’intervention auprès des PSH et des personnes vulnérables.

AXE 2 : LES PROFESSIONNELS

Objectif : La formation et l’accompagnement des professionnels des services spécialisés, de support et ordinaires sont de meilleure qualité, et les interventions des professionnels assurent une meilleure réponse aux besoins des PSH et des personnes vulnérables.

AXE 3: LES SERVICES

Objectif : L’élargissement de l’offre de services, leur renforcement et une meilleure coordination favorisent l’autonomie et la participation sociale des PSH et des personnes vulnérables.

AXE 4 :

LES USAGERS & LEURS ORGANISATIONS Objectif : Les organisations de PSH et leurs réseaux sont des acteurs incontournables et pertinents dans les dynamiques de développement aux niveaux local, national, maghrébin et international. Domaines d’intervention et projets Plus particulièrement, le programme Maghreb intervient dans les domaines suivants :

  • Services de réadaptation : soutien aux structures médico-socio-éducatives, formation de professionnels de la réadaptation
  • Accès à l’éducation des enfants en situation de handicap
  • Prévention et santé : renforcement de services de santé, mise en place de groupes de parole et d’espaces de socialisation, soutien psychologique aux populations en souffrance
  • Insertion économique et sociale : accès à l’emploi et à un revenu, formation professionnelle, lutte contre les discriminations
  • Accessibilité et développement local inclusif
  • Appui à la société civile : soutien aux associations pour la promotion des droits, définition de politiques publiques du niveau national à l’échelon local, appui à la participation politique et électorale des personnes en situation de handicap Aujourd’hui le programme compte 19 projets en cours avec de forts accents dans les domaines de l’Insertion sociale et politique, du Développement Local Inclusif, du Renforcement des mouvements représentatifs des Personnes en Situation de Handicap. Le bureau régional du programme Maghreb est basé à Rabat et supervise l’ensemble des activités de Handicap International en Tunisie, au Maroc, en Algérie et en Libye avec une équipe d’environ 50 personnes.

b) La mission de Handicap International en Tunisie Historique de l’intervention de Handicap International en Tunisie

  • HI intervient en Tunisie depuis 1992, ponctuellement dans un premier temps, puis en permanence depuis 1997, dans le cadre d’un accord de coopération signé avec le Ministère des Affaires sociales.
  • De 1998 à 2003, HI s’est focalisé sur le secteur de la réadaptation, impliquant la formation des professionnels, l’équipement des centres spécialisés et la création de dispositifs mobiles dans le Sud-Est.
  • A partir de 2004, HI a réinvesti le secteur de la réadaptation à travers un soutien des services pour PSH et un renforcement des institutions, associations et professionnels impliqués dans le secteur.
  • En 2006, HI a officiellement été autorisé à s’installer en Tunisie et à ouvrir un bureau de représentation. Depuis cette date, HI mène des actions de renforcement des capacités des associations en gestion de projet, révision du projet institutionnel, et mise en réseau des professionnels intervenant auprès des PSH. Des campagnes et événements visant à changer le regard de la société sur les PSH ont également été organisés.

En 2008, HI lance un volet d’action « Sport et handicap » en partenariat avec la FTSH, visant à assurer une pratique physique régulière pour le développement personnel et l’amélioration du statut social des PSH.

  • En 2011, HI a lancé un projet de développement local inclusif qui vise à améliorer l’accessibilité de l’environnement des PSH pour favoriser leur pleine participation sociale. Les actions du projet seront concentrées sur les communes de Menzel Bourguiba (gouvernorat de Bizerte) et Manouba (Grand Tunis).
  •  En février-mars 2011, une action d’urgence a été initiée à la frontière libyenne pour apporter un soutien aux personnes fuyant la violence en Libye, en coordination avec la DAU. Parallèlement, des distributions ont été organisées par le programme au profit d’hôpitaux tunisiens.

Depuis le mois d’avril 2011, HI soutient et accompagne le développement d’un groupe représentatif de PSH dans son travail de plaidoyer en faveur des droits fondamentaux des PSH.

Enfin, depuis 2014, HI a lancé deux projets concernant des thématiques innovantes en Tunisie : l’éducation inclusive et l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Stratégie d’intervention de l’association dans le pays En lien avec le Cadre d’Intervention Pluriannuel (COP) 2012-2016 Maghreb, les actions menées par l’association en Tunisie poursuivent la logique d’intervention suivante :

  •  Des actions partenariales :Le soutien aux associations de la société civile constitue un des fondements de l’action de l’association à travers un appui technique et méthodologique, dans le respect de leurs orientations et programmes. Parallèlement, Handicap International développe des projets en coopération avec des institutions publiques.
  •  Des projets de mise en réseaux :Handicap International veille aussi à favoriser la mise en réseau, et notamment les échanges thématiques ou entre différents acteurs du handicap, en soutenant la mise en place d’espaces de concertation, en particulier autour de l’insertion professionnelle des jeunes, regroupant organisations de la société civile et représentants de l’Etat.
  • Une action à l’échelle locale et nationale : La prise en compte des besoins et attentes des personnes handicapées à un niveau local ne peut se faire de manière cloisonnée par rapport aux dynamiques plus larges qui animent les territoires. Handicap International et ses partenaires promeuvent donc une approche de développement intégré, à l’échelle locale, dans laquelle les besoins et droits des personnes handicapées sont systématiquement pris en compte dans l’ensemble des politiques publiques nationales et dispositifs mis en place à l’échelle d’un quartier, d’une commune ou d’une région.
  • Le droit comme levier d’action : L’approche inclusive, visant à assurer que les personnes handicapées bénéficient des mêmes droits que tout un chacun, constitue le fondement des projets développés, en accord avec la Convention Relative aux Droits des Personnes Handicapées (CRDPH). Cette Convention ne crée pas de nouveaux droits, mais veille à interdire toute discrimination et à permettre à chaque citoyen handicapé de jouir des mêmes droits que ses compatriotes. – Une vision inclusive de la société : l’approche promue par Handicap International vise à favoriser une société inclusive qui reconnait et s’adapte aux différences individuelles et les reconnaît comme source de richesse et non comme motif d’exclusion. Un développement inclusif implique dans la planification, la conception de solutions universelles et d’aménagements raisonnables,
  • Qualité des services et des interventions des professionnels :Handicap International veille à renforcer la qualité des services apportés aux personnes handicapées, avec une attention particulière à la place centrale de l’usager dans la prestation de service et au respect de ses choix individuels.
  • Le handicap, une question de regard !Le changement de regard sur les personnes handicapées est un pré-requis fondamental pour une réelle évolution de la situation. L’association appuie donc un ensemble d’initiatives de sensibilisation et de plaidoyer à destination des acteurs publics – locaux et nationaux – des acteurs du développement, et de la population en général. Les projets de Handicap International en Tunisie En Tunisie, les actions de l’association ont comme objectif l’amélioration structurelle des conditions de vie, l’insertion et la pleine participation sociale des personnes en situation de handicap. Actuellement, les projets portés par Handicap International en collaboration avec ses partenaires institutionnels et associatifs œuvrent à :
  •  L’accessibilité à l’environnement physique et à la prise en compte des personnes en situation de handicap dans les dynamiques locales de développement afin de faciliter leur accès aux services ordinaires ;
  •  Le renforcement de la qualité de services spécialisés destinés aux personnes en situation de handicap et leur mise en lien avec les services ordinaires, en particulier dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’emploi et de la formation professionnelle ;
  • Le renforcement du mouvement de promotion des droits des personnes handicapées et le soutien à leur participation politique dans le contexte de démocratisation de l’espace public. De manière transversale, l’association travaille sur les questions liées au plaidoyer pour une participation accrue des personnes handicapées dans le développement économique et social, à la coordination des acteurs ainsi qu’à l’intégration du handicap au sein des politiques publiques locales et nationales.

2. Présentation du projet à évaluer Le projet VAPS s’est déroulé du 15 mai 2012 au 14 septembre 2015 (suite à une extension sans coûts de 4 mois) dans deux des gouvernorats du sud de la Tunisie : le gouvernorat de Gabès et celui de Kebili, en partenariat avec l’Association Générale des insuffisants Moteurs à Douz (AGIM), et l’Union Tunisienne d’ Aides aux Insuffisants Mentaux à Gabès (UTAIM). Il s’appuie sur des dynamiques existantes sur ces territoires, tout en développant des approches innovantes liées à la participation concrète des usagers dans le processus de prestation de services.

Cherchant à promouvoir un développement local inclusif, l’action vise également au décloisonnement des acteurs investis dans l’accompagnement et la prise en charge des PSH, en développant de nouveaux espaces de concertation ouverts aux acteurs publics et associatifs, spécialisés ou non dans le domaine du handicap ,pour inscrire de manière transversale les besoins des groupes vulnérables dans les programmes et projets de développement du territoire. Ainsi, les partenaires du projet entendent renforcer la qualité des services à la personne:

1) En permettant aux personnes en situation de handicap d’exprimer leurs besoins et de devenir acteurs de leur développement.

2) En favorisant la coordination et la concertation des acteurs locaux engagés dans l’accompagnement et la prise en charge des personnes en situation de handicap.

3) En soutenant l’appropriation au sein des structures prestataires de l’approche basée sur la personne et des outils de l’accompagnement social personnalisé, permettant une amélioration de la qualité des services liés à la vie autonome, à l’insertion sociale, scolaire et économique. Le projet a pour objectif global d’améliorer la qualité de vie, l’autonomie et la participation sociale des personnes en situation de handicap en Tunisie.

Il a pour objectif spécifique l’amélioration de la qualité des services à destination des personnes en situation de handicap dans les gouvernorats de Kebili et Gabès à travers une participation renforcée des personnes en situation de handicap et un développement des mécanismes de coordination des acteurs. Pour atteindre ces objectifs, les résultats attendus du projet sont :

  •  Résultat attendu 1 : Les mouvements émergeants auto-représentatifs de personnes en situation de handicap et de leurs familles dans les deux gouvernorats participent aux dynamiques locales de développement, et de sensibilisation.
  •  Résultat attendu 2 : Les structures publiques et associatives agissant directement ou indirectement auprès des personnes en situation de handicap, et les mouvements auto représentatifs développent de manière concertée des initiatives garantissant une meilleure qualité des services.
  • Résultat attendu 3:  la qualité des services en direction des PSH est renforcée par la mise en œuvre des principes et outils de l’accompagnement social personnalisé. Groupe cible :
  • Les personnes à mobilité réduite, et notamment les personne en situation de handicap et leurs familles, vivant dans les communes de Menzel Bourguiba et de Manouba
  • Les représentants locaux de la commune, des délégations ministérielles, et des associations locales incluant les associations travaillant en faveur des PSH
  • Les professionnels de la planification (architectes, professionnels de la planification, urbanistes, etc.) des deux communes et de certaines communes voisines
  • Les personnes ressources sur le développement local inclusives et l’accessibilité, incluant les membres des groupes auto-représentatifs de PSH
  • Le personnel des Unités locations de promotion sociale des communes ciblées et de certaines communes voisines. Durée totale du projet 3 ansmai 2012-septembre 2015 (comprenant une extension de 4 mois) Budget total du projet 535 970 € (dont 75% de la DUE et 25% de HI) Ressources humaines du projet : Le programme Handicap International au Maghreb a mobiliséles ressources humaines suivantes pour la mise en œuvre du projet, avec un rôle de gestion, d’appui-conseil et de soutien.

Au niveau de la mission Tunisie :

1 Chef de mission /1 administratrice / 1 Chef de projet. / 1 Adjoint chef de projet Au niveau du programme Maghreb / 3 Coordinateurs régionaux – technique, méthodologie et administratif. / 1 conseillère technique régionale en Accompagnement Social Personnalisé Au niveau de la Fédération Handicap International / 1 référent technique en Insertion sociale.

3. Présentation de l’évaluation finale du projet

a) Objectifs et cadre de mise en œuvre de l’évaluation L’évaluation finale du projet est une étape prévue dans le document de projet soumis et validé par la DUE. Cette démarche s’inscrit pleinement dans la démarche de qualité et de redevabilité définiepar Handicap International dans sa Politique de Suivi et Evaluation (2010) afin de s’assurer que les actions développées contribuentà la mise en œuvre de sa mission sociale. Le choix d’une évaluation externe a été privilégié afin de :

  •  Contribuer à assurer l’indépendance, l’impartialité et la crédibilité du processus d’évaluation
  • Apporter une expertise sur les méthodes et techniques d’évaluation ;
  • Apporter une expertise dans les secteurs concernés par le projet. L’évaluation finale devra permettre de fournir aux bailleurs de fonds, une information qui puisse leur permettre d’apprécier la bonne exécution du projet. Elle devra également offrir à Handicap International et aux partenaires principaux une analyse critique rétrospective des actions mises en œuvre ainsi que des orientations précises quant aux perspectives pour l’avenir. Les résultats de l’évaluation constitueront en ce sens un outil de plaidoyer et de mobilisation des parties prenantes impliquées dans cette première phase pour la poursuite de l’action. Enfin, au travers de cette évaluation les partenaires du projet pourront apprécier leur propre participation dans la mise en œuvre du projet et les conséquences sur leur développement endogène. L’évaluation finale devra permettre d’apprécier : i) Les critères standards (critères OCDE) :
  • la pertinence des objectifs fixés par le projet, des méthodes employées et le degré d’atteinte des résultats escomptés ;
  • l’efficacité du projet et la qualité du pilotage et de la gestion du projet ;
  • l’efficience du projet (rapport entre les moyens employés et les résultats obtenus) ;  l’effet et les impacts du projet sur les groupes cibles ;
  • la pérennité du projet. ii) Les critères complémentaires :
  • cohérence: alignement du projet avec la stratégie générale d’intervention et les objectifs de Handicap International, des organisations partenaires, du bailleur de fonds et des autorités publiques (locales et nationales)
  • coordination: degré d’harmonisation de l’action avec les autres organisations qui travaillent sur la question du handicap, du développement local ou de l’aménagement urbain dans la zone
  • couverture: amplitude de la population touchée par le projet et capacité du projet à atteindre les populations les plus vulnérables parmi les personnes ciblées.

iii) Les critères transversaux :

  • égalité du genre: effets du projet différencié selon le sexe de bénéficiaires, contribution sur la réduction des inégalités liées au genre.
  • participation: analyse de la participation des partenaires, des parties prenantes du territoire et des personnes handicapées et de leurs familles
  • diversité: dans quelle mesure le projet a considéré les différentes caractéristiques de la population en situation de handicap de la zone (genre, âge, type de déficience, niveau socio-économique) L’évaluation devra fournir une appréciation générale de la qualité du travail accompli (forces, faiblesses) et des résultats obtenus par rapport aux objectifs et indicateurs objectivement vérifiables mentionnés dans le document de projet et ce en se basant sur les onze critères ci-dessus. L’évaluation aura pour but de mesurer (apprécier, vérifier, donner du sens, interpréter) ce qui a été fait, et de mettre en évidence les réalisations du projet. Elle devra permettre de vérifier quels objectifs ont été atteints, tant en termes de résultats qu’en termes de dynamiques et de processus impulsés. En sus de cette appréciation, des suggestions, recommandations, des points d’attention et de vigilance spécifiques pourront être soumis à Handicap International et aux partenaires pour enrichir sa connaissance du contexte et pour améliorer sa stratégie globale d’intervention, au-delà de l’action évaluée. b) Principales questions et critères d’évaluation à mobiliser A titre d’exemple, et sans prétendre être exhaustifs, quelques questions guides sur les attentes de l’évaluation sont proposées dans la liste suivante, par critère : Pertinence :
  • Le projet est-il en conformité avec les cadres de référence internationaux, en particulier la Convention Relative aux Droits des Personnes Handicapées (CRDPH) ?
  •  Le projet a-t-il été pertinent et cohérent au regard du contexte actuel ?
  • Le projet a-t-il été pertinent au regard des besoins et priorités des groupes cibles?
  •  Les approches sensibilisation/formation/plaidoyer déployéesont-elles été pertinentes ?
  •  Les actions menées ont-elles été en adéquation avec les besoins des acteurs locaux / avec les capacités des partenaires?
  • Les activités ont-elles été menées en coordination/coopération avec d’autres acteurs nationaux et locaux, et le choix de ces collaborations a-t-il été pertinent ?

Efficacité :

  •  Les résultats obtenus sont-ils conformes aux résultats attendus initialement ?  Dans quelle mesure l’objectif spécifique a été atteint au regard des indicateurs définis ?  Dans quelles mesures le partenaire clés et les autres acteurs directs sont-ils satisfaits des résultats du projet?
  • Le projet a-t-il créé une cohésion, une dynamique de concertation et de coopération entre les acteurs ?
  • Les actions de sensibilisation, formation et plaidoyer ont-elles permis d’apporter les résultats escomptés ?
  • Des expériences novatrices du projet, en particulier celles soutenues à travers les appels à initiative ont-elles fait l’objet d’échanges avec d’autres acteurs ? Si non, quelles synergies locales ou externes auraient été à développer ?
  • Les partenariats développés, en particulier dans le cadre des initiatives pluri acteurs, ont-ils été efficaces ?
  •  Comment les obstacles rencontrés ont-ils été dépassés / contournés ? Certaines activités ont-elles été renforcées (ou au contraire réduites, réorientées) ? Si oui, quelles en ont été les principales causes et quels ont été les principaux résultats? Efficience
  •  Les moyens mobilisés (humains, matériels et financiers) par rapport aux objectifs atteints ont-ils été adaptés par rapport aux activités du projet?
  • Des retards dans la mise en œuvre des activités ont-ils eu lieu ? Si oui, quelle influence cela a-t-il eu sur la conduite et le déroulement du projet ?
  • Les dispositifs de suivi, d’accompagnement et d’évaluation en interne ont-ils été réalisés tel que prévu dans le document de projet ? Effets et Impact
  • Quels sont les effets du projet (positifs et négatifs) ressentis par les bénéficiaires directs et indirects, les partenaires ? Comment les ressentent t-ils ? Les changements sont-ils durables
  • Quel progrès apporté par le projet en termes d’appropriation des principes d’autoreprésentation, de plaidoyer d’accès aux services inclusif, de l’accompagnement social personnalisé, du développement local inclusif, de la concertation et de compréhension de l’accessibilité par les acteurs locaux (associations, autorités locales, services…) ?
  •  Est-ce que d’autres populations / mouvements ont été positivement concernés par l’action du projet ? Si oui, lesquels et pourquoi ?
  •  Le projet a-t-il eu des effets et impacts différents selon les territoires ciblés (Gabès, Kébili, Douz) ?
  • Est-ce que les diagnostics d’accessibilité, de l’accès aux services et du vécu des personnes handicapées ont contribué à une meilleure compréhension des enjeux liés à la participation sociale des PSH ?
  • Est-ce que les initiatives inclusives appuyées par le projet ont généré les effets escomptés sur les personnes en situation de handicap des territoires ciblés par l’action ?
  • Est-ce que d’autres associations/institutions/services s’engagent dans le champ de des droits des PSH, de l’inclusion et de l’ASP en s’inspirant des méthodes développées par le projet ?
  •  Quelles sont les mesures à prendre pour renforcer / garantir cet impact sur le long terme ? Pérennité
  • Les espaces locaux de concertation perdureront-ils et à quelles conditions ?
  • Ce dispositif peut-il être élargi à d’autres régions ?
  •  Les acteurs au niveau local se sont t-ils appropriés le dispositif mis en place ?
  • Le rôle des PSH dans la défense et la promotion de leurs droits est-il assuré ?
  • Les structures engagées dans la mise en place de l’ASP se sont-elles approprié l’approche ?
  • La diffusion et la duplication de l’ASP vers d’autres territoires et d’autres secteurs semble-t-elle possible ?
  • La répartition HI/partenaire local/autres acteurs dans le portage des activités a-t-elle contribué à la pérennité des actions ?
  • Quelles leçons peut-on tirer pour prolonger l’action tant en terme de dispositifs ou de stratégie à mettre en œuvre ? Y aurait-il des actions qui seraient alors considérées comme prioritaires? Cohérence:
  • La stratégie du projet a-t-elle répondu aux priorités de la stratégie régional de HI au Maghreb (telle que définie dans son Cadre Opérationnel Pluriannuel 2012-2016), de ses partenaires et de ses bailleurs de fond?
  •  Quelles est la valeur ajoutée des initiatives appuyées par HI en comparaison avec d’autres initiatives menées en parallèle sur le même territoire et/ou la même thématique?
  • Le projet est-il en ligne avec les priorités établies par les autorités locales, régionales ou nationales dans le domaine du handicap en général, et du développement local en particulier ?
  • Le projet est-il en conformité avec les cadres de référence internationaux, en particulier dans le champ du handicap et de l’accessibilité ? Coordination:
  • Des synergies et des alliances avec d’autres acteurs locaux, nationaux ou internationaux travaillant dans le champ du handicap, du développement local ou de l’aménagement urbaindans la zone ont-elles été créées? Le choix de ces collaborations a-t-il été pertinent ?
  • Des expériences novatrices du projet ont-elles fait l’objet d’échanges avec d’autres acteurs sur le plan national voire international ? Si non, quelles synergies locales ou externes auraient pu être développées ?
  •  Quel est le degré de synergie existant entre le projet et les différentes entités étatiques ? Est-ce que cette synergie peut être qualifiée de durable ?
  • Quel est le degré de synergie et de coordination entre ce projet et les autres projets menés par HI en Tunisie, en particulier en appui aux mouvements auto représentatifs de personnes handicapées (Leadership and Empowerment for Action on Disability – LEAD) et en appui au développement local à l’accès aux services et à l’accessibilité (« Développement local inclusif et accessibilité universelle pour la promotion de la participation sociale des personnes en situation de handicap » (DLI Nord)) ? Au Maghreb ? Couverture:
  • Le projet a-t-il réussi à atteindre les groupes cibles prévus ?
  • La sélection des bénéficiaires des principales actions du projet (sensibilisation, formation, aménagements) a-t-elle été faite de façon appropriée ?
  • Les actions du projet ont-elles touché les personnes en situation de handicap les plus vulnérables ?
  • Dans quelle mesure les bénéficiaires ont-ils été représentatifs des principales caractéristiques sociodémographiques de la population en situation de handicap (sexe, âge, type de déficience, lieu de résidence) ?

Egalité du genre:

  • L’approche genre a-t-elle été adéquatement intégrée lors de la formulation du projet ? Les besoins spécifiques, mais aussi les intérêts stratégiques des femmes bénéficiaires, ont-ils été pris en considération, en particulier dans les initiatives locales appuyées par le projet?
  •  Les différences entre hommes et femmes en situation de handicap ont-elles été analysées et prises en compte dans toutes les phases du projet?
  • Comment le projet a-t-il contribué à la réduction des inégalités liées au genre ? Participation:
  • Les stratégies et instances prévues pour assurer une participation active des partenaires lors de toutes les phases du cycle de projet ont-elles été mises en œuvre ?
  • Comment le processus de prise de décision s’est-il déroulé ? Dans quelle mesure les personnes en situation de handicap, en particulier les femmes, y ont pris part ?
  • Dans quelle mesure le projet a-t-il promu l’empowerment des personnes en situation de handicap et leur participation active dans les dynamiques de concertation locale ? Diversité:
  • Les caractéristiques sociodémographiques des personnes en situation de handicap (sexe, âge, type de déficience, niveau socio-économique, lieu de résidence) ont-elles été prises en compte lors de la conception de la stratégie d’intervention ?
  • Le projet a-t-il eu des effets et impacts différents selon les caractéristiques sociodémographiques des PSH?

c) Méthodologie Caractéristiques générales

Il est proposé à l’évaluateur une méthodologie de type croisée (analyse de documents et entretiens sur le terrain), avec une forte dimension participative, permettant une appropriation des résultats par les différents partenaires et parties prenantes du projet. Notamment, il serait intéressant que l’évaluateur puisse produire une grille simple d’auto- évaluation à destination du partenaire et les autres acteurs impliqués dans le cadre du projet.

Principales étapes de l’évaluation A titre indicatif, les activités suivantes sont proposées pour guider l’évaluateur dans sa méthodologie et la construction de son chronogramme de travail :

  • Recueil, étude/analyse des documents disponibles,
  • Entretiens avec les personnes ressources au sein du programme Handicap International Maghreb et la mission Tunisie
  •  Entretien à distance avec les Référents Technique Insertion sociale, Accompagnement social personnalisé (ASP) et Développement local inclusif (DLI) de Handicap International – Validation des outils d’évaluation proposés par le consultant,
  •  Rencontre avec l’équipe projet et le chef de mission Tunisie,
  • Rencontre avec les partenaires nationaux,
  • Visites de terrain – collecte de données auprès des acteurs locaux,
  • Analyse des données et rédaction d’un rapport préliminaire provisoire de la mission pour envoi à Handicap International,
  • Réunions de restitution ‘à chaud’ avec les partenaires et les équipes de Handicap International,
  • Intégration des commentaires dans le rapport préliminaire,
  • Restitution globale lors du séminaire de clôture du projet (à confirmer selon le calendrier exact)
  • Rédaction du rapport final et envoi à Handicap International. Ces différentes phases seront à préciser dans la proposition technique du consultant.

Documentation L’évaluateur s’appuiera notamment sur les documents ressources suivants :

  • Documents de projet initial (narratif, cadre logique, budget),
  • Rapports narratifs et financiers intermédiaires 2013/2014
  • Rapports de mission du coordinateur technique et de la conseillère ASP
  • Rapports de diagnostic : o Diagnostic de l’accès au service (juin 2013)
  • Rapport d’évaluation intermédiaire (juin 2014)
  • Publications produites dans le cadre du projet : o Synthèse du diagnostic (2014) o Rapport de capitalisation sur le volet ASP du projet o Film de capitalisation (dynamique acteurs et initiatives)
  • Documents cadres de Handicap International relatifs aux principales thématiques du projet (guide ASP, soutien aux OPH, accès aux services, Accessibilité et Développement local inclusif) Personnes impliquées En sus des groupes ciblés par le projet, les personnes suivantes pourront être impliquées dans le processus d’évaluation : Fonction Nature de l’implication Lieu Directeur de programme Maghreb HI Personne ressource Rabat Chef de mission Tunisie Personne ressource Tunis Coordinateur technique HI Maghreb Personne ressource Rabat Coordinateur des opérationsHI Maghreb Personne ressource + cadrage méthodologique initial Rabat Référent Insertion sociale DLI et ASP Personne ressource Lyon Chef de projet VAPS Personne ressource + appui opérationnel à la mise en œuvre de la mission Tunis Directeur Général de la Promotion Sociale (Ministère des Affaires Sociales) Personne ressource Tunis L’Organisation Tunisienne de Défense des Droits des Personnes Handicapées Personne ressource Tunis Les dirigeants des associations partenaires Gabès/Douz Les groupes thématiques et de concertation Personne ressource Gabès/Douz et kébili Les groupes autoreprésentatifs des personnes handicapées Personnes ressources Gabès/Douz et kébili d) Calendrier et budget indicatifs de la mission Calendrier indicatif Le total-jour devra être d’environ de 10 à 15 jours, à affiner en fonction des propositions. L’évaluation devra démarrer au plus tard le 31 août 2015 avec une remise du rapport final au plus tard le 21 septembre2015.

Le consultant(e) ou l’équipe de consultant(e)s devra proposer un plan de travail détaillé, faisant apparaître clairement les différentes phases de l’évaluation, en particulier les différentes étapes de compte-rendu intermédiaire et final. Budget indicatif de la mission Le budget de cette mission d’évaluation finale est estimé à 7900 euro euros TTC (incluant les honoraires du/des consultant/s, frais d’hébergement/repas, frais de transport international du/des consultants). Le transport local sera organisé et pris en charge par Handicap International. e) Livrables 1. Une première restitution orale (en français) sera faite à l’équipe de Handicap International et aux partenaires du projet à l’issue de la mission de terrainet éventuellement lors du séminaire de clôture du projet (à confirmer). A cette occasion, les premiers résultats et recommandations seront présentés par l’évaluateur et discutés collectivement.

2. Suite à cette restitution, un rapport préliminaire sera rédigé dans les 5 jours par l’évaluateur et envoyé à l’équipe de Handicap International pour relecture et commentaires,

3. Suite à la validation et tenant compte des différentes remarques, le rapport final, sera adressé à HI au plus tard le 21septembre 2015. Rédigé en langue française, le rapport final comprendra un résumé exécutif, ainsi qu’une description détaillée de la méthodologie utilisée, des observations, des conclusions et des recommandations.

NB :Les rapports provisoire et final seront des propriétés exclusives de Handicap International et des bailleurs de fonds. Toute communication ou publication liée au document du rapport devra faire l’objet d’un accord préalable avec Handicap International.

f) Expertise recherchée La mission d’évaluation sera menée par un évaluateur ou une équipe d’évaluateurs externes présentant les compétences et expériences suivantes, dûment référencées : – Expérience dans le domaine du Développement Local dans le contexte des pays en développement, – Expérience dans le champ du handicap, du développement local inclusif, de l’accompagnement social personnalisé et du renforcement des capacités des organisations fortement souhaitable – Expérience dans la planification, monitoring et évaluation de projets en pays en développement – Connaissance préalable du contexte Tunisien, idéalement de la région Sud, – Expérience d’évaluation de projets similaires, – Les langues parlées sont le français (obligatoire) et l’arabe (souhaitable).

Pour les rencontres auprès des partenaires et bénéficiaires du projet, le/s consultant/s sera/ont accompagné/s par une personne ressource qui pourra, en cas de besoin, traduire les discussions avec les personnes rencontrées. La complémentarité des profils des consultants proposés sera un élément déterminant du processus de sélection.

 

 

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à candidatures Publié sur Jamaity le 23 juillet 2015


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo