Exprimer mon avis

La Fondation CIDEAL recrute un(e) consultant(e) pour mener à bien l’évaluation à mi-parcours d’un projet Retour vers les opportunités



Échéance

09 Janvier 2015 Il y a 7 ans

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Ariana et 23 autre(s) régions

Évaluation à mi-parcours du projet :

« Prévention de la violence fondée sur le genre et accompagnement des femmes victimes dans le Nord-Ouest Tunisien » ENPI/2013/299-278

 

La Fondation CIDEAL cherche à recruter un(e) consultant(e) pour mener à bien l’évaluation à mi-parcours du projet de « Prévention de la violence fondée sur le genre et accompagnement des femmes victimes dans le nord-ouest Tunisie ». Ce projet d’une durée de 36 mois, financé par l’Union Européenne, est mené en partenariat avec l’Association Femme et Citoyenneté (AFC) et l’Office Nationale de la Famille et Population (ONFP). Il vise à « contribuer à la lutte contre la violence fondée sur le genre dans le nord-ouest Tunisien »

Ce projet constitue une des premières actions de lutte contre la VFG, menée conjointement par une organisation de la société civile et une institution publique en région. De par cela et ses composantes et activités, ce projet se configure en expérience pilote, susceptible d’être reproduite, diffusée, transféréedans d’autres régions Tunisiennes. Ainsi une évaluation mi-parcours a été programméepour mesurer la portée de l’intervention en termes de qualité et d’efficacité ainsi qu’identifier les lacunes et capitaliser les acquis du projet. Ce type d’évaluation constitue un instrument très utile pour mesurer le succès des projets dans le champ d’application des résultats proposés dans les documents initiaux, ainsi que d’évaluer la pertinence et l’efficacité des stratégies conçues et mises en œuvre par le projet. Il s’agit d’un instrument qui doit fournir des ressources pour d’éventuelles révisions et ajustements du projet.

Concrètement, cette évaluation à mi-parcours a pour objectif de :

  • Mesurer et analyser l’état d’avancement des activités et la réalisation des résultats du projet à mi-parcours ;
  • Collecter les informations pertinentes et fiables relatives aux indicateurs clés du projet et d’apprécier les progrès réalisés dans l’atteinte des indicateurs,
  • D’analyser l’efficacité de l’intervention et déterminer des mesures correctrices pour améliorer la logique d’intervention ;
  • Dresser un état des lieux précis, mais aussi de proposer des recommandations concrètes et pertinentes pour améliorer la mise en œuvre des activités et leur suivi et pour assurer un bon apprentissage au cours de la seconde partie du projet.

Les données collectées doivent être quantitatives et qualitatives, et incluront des informations précises sur les indicateurs de résultats, en intégrant les différents acteurs du projet.Les résultats attendus de l’évaluation son des recommandations spécifiques concernant la nécessité ou non de réviser la conception du projet, améliorer sa gestion, corriger la stratégie d’action et d’activité, améliorer les mécanismes de durabilité et identifier les bonnes pratiques.

Contexte

Le projet de « Prévention de la violence fondée sur le genre et accompagnement des femmes victimes dans le nord-ouest Tunisien » est exécuté par l’AFC et l’ONFP avec l’appui de la Fondation CIDEAL. Il a démarré en mars 2013. Ce projet recouvre deux actions convergentes qui confluent ver l’objectif général de contribuer à la lutte contre les violences fondées sur le genre dans le nord-ouest tunisien. Le plan d’action tient en trois axes :

  • Axe 1 la prévention et conscientisation sur la VFG à travers : la formation d’éducateurs-(trices) pairs, l’élaboration de matériels pédagogiques et de communications, la réalisation d’une campagne régionale de sensibilisation; la formation de membre d’ONG des 3 gouvernorats sur la violence fondée sur le genre et les techniques d’animation ; la formation des membres et personnels des ONG , le personnel éducatif sur la VFG et la formation des professionnels des médias sur leur rôle dans la lutte contre la VFG ;
  • Axe 2la mise en place de service de prise en charge au Kef et le renforcement des services offerts par l’ONFP au Kef, Béja et Jendouba ;
  • Axe 3 le réseautage et la mise en la création d’un cadre de collaboration actif entre les services de l’état et les acteurs impliqués.

Les résultats attendus tout au long du projet, et autour desquels ont été conçues lesactivités sont les suivants :

  • Résultat 1 : les jeunes, les femmes et les hommes du Gouvernorat du Kef, de Jendouba et Béja prennent conscience du problème de la violence fondée sur le genre, et sont informées de leurs droits, des solutions et des recours possibles grâce à une large campagne de sensibilisation et prévention.
  • Résultat 2 : grâce au No vert et au centre d’accueil de jour, au renforcement des capacités de l’AFC, au renforcement des capacités et services de délégations régionales de l’ONFP du Kef, Jendouba et Béja les victimes reçoivent un soutien et une orientation appropriés pour tenter d’échapper à la violence
  • Résultat 3 : des femmes victimes se protègent de la violence en retrouvant l’estime de soi et étant capables de désamorcer les conflits avec l’agresseur
  • Résultat 4 : des femmes victimes se protègent de la violence en s’autonomisant financièrement
  • Résultat 5 : plus de victimes sont mieux prises en charges par les différents services publics compétents, grâce à la formation de leur personnel et une meilleure coordination entre ces institutions.

 

Étendue de l’évaluation :

  • Période de l’évaluation : Période de la mise en œuvre du projet de mars 2014 à décembre 2014
  • Périmètre territorial : Tunis et gouvernorats du Kef, Béja et Jendouba

Les acteurs clés sont :

  • l’Association Femme et Citoyenneté ;
  • l’Office Nationale de la Famille et la population et ses délégations régionales du Kef, Béja et Jendouba.

les domaines d’analyse :

  • la pertinence et la cohérence : l’adéquation du projet et des résultats attendus au contexte social, politique et économique des zones où le projet est mis en œuvre, les enjeux face à la VFG, etc.
  • l’efficacité: les aspects mentionnés dans l’analyse de la pertinence et la cohérence seront utilisés pour analyser l’efficacité du programme. L’efficacité est le degré de progrès vers les objectifs et les résultats escomptés-ou non attendus, mais qui ont également contribué aux résultats- ainsi que l’analyse des autres effets générés ;
  • l’efficience: l’évaluation à moyen terme devra envisager la pertinence de la structure institutionnelle et de gestion du programme pour la réalisation des activités prévues et l’atteinte des résultats définis ;
  • la durabilité ;
  • l’impact.

Questions de l’évaluation :

  • Pertinence et cohérence :adéquation du projet, de sa stratégie, au contexte de la qualité de la planification, et au système de suivi et d’évaluation
  • Conception du projet :
    • Les objectifs du projet répondent-ils aux besoins et priorités nationales et régionales?
    • Le projet est-il en adéquation avec la stratégie nationale en matière de VFF ?
    • Dans quelle mesure le projet contribue à la prévention de la VFG et la prise en charge des femmes victimes ?
    • Les objectifs et les résultats sont-ils concrets ?
    • La stratégie et les activités sont-elles adéquates pour atteindre les objectifs et les résultats attendus ?
    • La stratégie formulée est-elle cohérente par rapport aux besoins des groupes cibles ?
    • La stratégie formulée est-elle pertinente face à la dynamique des organisations partenaires ?
    • Est-ce qu’une stratégie différente du projet peut mieux répondre aux besoins et priorités du contexte ? Et, pourquoi ?
    • Dans quelle mesure le projet, sa stratégie et ses activités répondent aux besoins des groupes cibles ?

 

  • Suivi et Evaluation :
    • Les indicateurs définis permettent-ils de mesurer les avancées quant aux résultats à atteindre ?
    • Quels éléments doivent être renforcés afin de générer les bases qui permettent une évaluation de l’impact des actions et de la stratégie du projet ?
  • Apprentissage et bonnes pratiques :
    • Quelles pratiques développées par un des partenaires a contribué ou peu contribué à renforcer les actions menées par l’autre partenaire dans le cadre du projet ?
    • Quel apprentissage peut avoir une importance dans la mise en œuvre de futures actions de prévention de la VFG et prise en charge des femmes survivantes ?
    • Le projet complète-il d’autres interventions réalisées dans la même zone, secteur ou groupes cibles ?
  • Gestion des concepts clés du programme :

    • Comment les équipes des partenaires gèrent les thèmes et concept de genre et de la VFG ?
    • Existe-t-il une uniformité dans la compréhension du concept ?
    • Quels sont les principaux défis ?
  • Efficacité : degré d’avancement vers les objectifs et les résultats attendus. Autres effets générés
    • Dans quelles mesures les objectifs sont-ils en train d’être atteints?
    • Quels ont été les progrès, qualitatifs et quantitatifs, dans les résultats du projet ?
    • Quels sont les principaux obstacles à l’atteinte des objectifs, quelles sont les chances de les atteindre d’ici la fin du projet ?
    • Quels ont été les avancées dans les indicateurs prévus par le projet ?
    • Quels sont les facteurs internes et externes qui ont influencé dans l’atteinte ou non des résultats ?
    • Des effets imprévus ont-ils été atteints ?
    • Dans quelles mesures les différents mécanismes et niveaux de gestion ont contribué à atteindre les résultats de l’intervention ?
    • Quel est la perception des organisations de femme sur le travail réalisé en matière de lutte contre la VFG ?
  • Efficience: adéquations de la structure institutionnelle et de gestion du programme pour atteindre les résultats du projet
    • Quelles sont les mesures prisent au niveau de la planification et la mise en œuvre pour assurer une utilisation efficiente des ressources ?
    • La structure de gestion du projet est adaptée à l’exécution du projet ? Quels éléments pourraient être améliorés ?
    • Quel est la relation cout-efficacité du projet en termes de ressources inverties et de résultats attendus ?
    • Est-ce que le budget est planifié et mise en œuvre de manière à permettre l’atteinte des résultats ?
    • De quelle manière les points suivants peuvent-il être évalués : gestion opérationnelle, gestion des RH, gestion des finances, suivi et évaluation, rôles et responsabilités des partenaires, respect des normes du bailleur ?
  • Durabilité :possibilité de continuité le processus et les effets positifs du projet.
    • Comment les interventions et les produits peuvent-ils être pérennisé(e)s ?
    • Comment les services mises en place et le réseau de collaboration se poursuivront à l’issue du projet ? Les structures partenaires disposent-elles des ressources nécessaires pour poursuivre les activités à l’issue du projet ?
    • Y’a-t-il une appropriation des activités menées de la part des bénéficiaires ?
    • Quelle est la probabilité de réplication des activités à d’autres régions après le projet ? Le projet a t’il structuré les conditions, mécanismes, la gestion des connaissances, etc. qui permettent la réplicabilité l’expérience dans d’autres domaines ?
    • Quels sont les principaux facteurs qui influencent la réussite ou non de la durabilité du projet ?
    • Est-ce que le projet a influencé de manière positive les capacités organisationnelles et institutionnelles des partenaires ?
    • Quelles mesures en relation avec le projet ont été institutionnalisées pour garantir la durabilité des activités ? Quelles sont les éléments qui ont permises cette institutionnalisation ?
  • Impacts
    • Quels sont les effets attendus, inattendus, positifs ou négatifs suscité par le projet ?
    • Quelle différence y a-t-il entre la situation avant l’intervention et la situation actuelle après un an et demi d’intervention ?
    • Comment les partenaires apprécient-ils les résultats obtenus  et leurs effets sur les groupes cibles ?

 

Approche et méthodologie

Les détails de l’approche et de la méthodologie a employé dans l’évaluation seront proposés par le consultant (e) et sa définition sera discutée avec l’équipe du projet. Cette méthodologie comprendra la conception de l’évaluation, en spécifiant l’approche à suivre pour répondre aux objectifs et aux questions de l’évaluation ; les instruments et outils pour la compilation des données et l’information pertinente ; les stratégies de présentation et d’évolution des résultats ; le plan de travail, indiquant les ressources et le temps assigné aux tâches. Il convient de souligner que la définition de l’approche et de la méthodologie doit considérer la perspective des droits humains, et plus particulièrement l’approche genre.

 

Tâches/résultats Calendrier
a)    Réunion de cadrage avec l’équipe du projet et revue documentaire des documents et outils de collecte donnée existants

1 jour

b)    Un rapport initial en accord avec l’équipe du projet contenant :Ø  Plan de travail que spécifie la méthodologie de l’évaluation à mi-parcours ;Ø  Calendrier du travail ;

Ø  Outils et instruments de collectes de données

3 jours

c)    Focus groupe, entretien collecte de données qualitatives et quantitatives (orientation approximative)

7 jours

d)    Analyse des données et élaboration du rapport provisoire

6 jours

e)    Commentaire de l’équipe du projet sur le rapport provisoire

3 jours

f)     Animation d’un atelier de présentation des résultats et recommandation de l’évaluation et élaboration présentation power point

2 jours

g)    Rapport d’évaluation

5 jours

Total suggéré 27

 

Le personnel de CIDEAL et des partenaires du projet prépareront en amont les visites de terrain pour le(a) consultant(e). La méthodologie, les outils de collecte ainsi que le rapport final devront être validés par CIDEAL.

Durée de la consultation : la durée du contrat est de deux mois à partir de la date de signature du contrat. Le travail effectif est estimé à 27 jours.

 

Critères d'éligibilité

  • Formation universitaire de troisième cycle (bac+5) en sciences humaines, sociales, gestion et autre domaine pertinent
  • Expériences avérées dans la réalisation des évaluations qualitatives et quantitatives de projet de développement (5 ans d’expériences minimum)
  • Expérience démontrée dans le domaine de la violence fondée sur le genre
  • Excellente capacité de rédaction en français
  • Maitrise des langues arabes et françaises

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à candidatures Publié sur Jamaity le 2 janvier 2015


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo