Exprimer mon avis

Chercheur.se – Comprendre les manifestations et les facteurs favorisant l’extrémisme violent dans l’espace universitaire – PNUD Retour vers les opportunités



Échéance

20 Novembre 2020 Il y a 7 mois

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Tunis
Domaines concernées par cette opportunité: Développement économique et social

Titre du poste : Chercheur.se – Comprendre les manifestations et les facteurs favorisant l’extrémisme violent dans l’espace universitaire.
Unité Org. : PNUD Tunisie
Durée : 30 jours sur 6 mois
A partir du : 1 décembre 2020
Contrat : IC
Lieu d’affectation : Tunis (Tunisie)
Superviseur : CTP projets Tarabot et Tamkeen

Contexte

Face aux menaces posées par l’extrémisme violent, les autorités publiques tunisiennes ont adopté des mesures de sécurité plus rigoureuses, mais aussi des approches préventives dans le cadre d’une stratégie globale qui s’aligne avec les recommandations du ‘Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent’ (PEV) du Secrétaire Général des Nations Unies de 2015.

En effet, la Stratégie Nationale de Lutte Contre l’Extrémisme et le Terrorisme (SNLCET), adoptée fin 2016, intègre la prévention parmi ses quatre piliers (les trois autres étant la protection, la poursuite et la réponse). De même, la Commission Nationale de Lutte Contre le Terrorisme (CNLCT), créée en 2015 sous l’égide de la Présidence du Gouvernement, réunit 22 membres regroupant 16 ministères et différent.es expert.es. Elle a pour mandat de promouvoir la collaboration et la coordination des programmes nationaux s’alignant à la SNLCET.

Dans le cadre du projet « Tarabot – Cohésion pour prévenir la violence », le PNUD Tunisie accompagne la CNLCT en vue de renforcer les capacités du Gouvernement dans la définition, de manière informée et concertée, des priorité nationales visant à prévenir l’extrémisme violent. Dans ce cadre, le projet appuie les partenariats entre les autorités nationales et les acteurs sociétaux, aux niveaux national et local, dans la définition et la mise en oeuvre de stratégies conjointes de PEV.

D’autre part, le projet « L’université, espace de dialogue et de cohésion » entrepris par le PNUD en partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS) vise à promouvoir dans l’espace universitaire un climat apaisé et résilient face aux dynamiques de conflits et propice à la poursuite de la mission universitaire ainsi qu’à l’épanouissement des étudiant.es. A cette fin, la mise en place de centres de médiation universitaire a été initiée et un programme de renforcement de capacités des acteurs universitaires en médiation, prévention des violences basées sur le sexe et le genre (SGBV) et prévention de l’extrémisme violent (PEV) est en cours de mise en place.

Justification

Dans ce contexte, le Système des Nations Unies en Tunisie accompagne les efforts de l’Etat tunisien dans le renforcement de la résilience du milieu éducatif à travers une série de programmes menés, entre autres, par le PNUD (projets Tamkeen et Tarabot), l’Unesco et le HCDH.

Toutefois, les hypothèses sous-jacentes qui justifient les stratégies d’intervention ne sont que partiellement appuyées par des évidences. La revue de la littérature existante ne permet en effet de référencer que trois productions académiques spécifiques, avec i) un article discutant les défis épistémologiques de la recherche sur l’extrémisme violent en Tunisie et deux recherches en cours sur (ii) les facteurs de conflits dans l’enseignement supérieur (PNUD) et (iii) le discours extrémiste violent sur les réseaux sociaux parmi les cercles estudiantins (université de Sfax).

Dès lors, il est nécessaire d’alimenter le débat sur le rôle du système universitaire dans la PEV en se fondant sur des évidences, entre documentation des manifestations de l’extrémisme violent au sein de l’espace universitaire et analyse des facteurs de vulnérabilité et de résilience de ce système face à ce phénomène. Ainsi, le PNUD, à travers les projets Tarabot et Tamkeen, entreprend une recherche sur la réalité et les facteurs de l’extrémisme violent dans l’espace universitaire tunisien.

L’objectif général de la recherche est de produire des connaissances factuelles et analytiques sur la réalité et les facteurs de l’extrémisme violent dans l’espace universitaire tunisien permettant d’explorer les potentialités de résilience qu’offre l’université face à ce phénomène. Dès lors, les objectifs spécifiques de la recherche sont les suivants :

  • Documenter les évènements passés qui renvoient aux manifestations de l’extrémisme violent dans l’espace universitaire tunisien.
  • Analyser les facteurs susceptibles de favoriser, aux niveaux sociétal et individuel, le développement de l’extrémisme violent en milieu universitaire.
  • Proposer, en se fondant sur des évidences, des recommandations d’actions concrètes pour appuyer les potentiels de résilience de l’espace universitaire face à l’extrémisme violent.

Objectifs et responsabilités

Objectif Général :

La mission du/de la consultant.e vise à produire une analyse des manifestations et des facteurs favorisant l’extrémisme violent dans l’espace universitaire tunisien.

Tâches et responsabilités :

Au cours de la mission, le/la consultant.e sera amené.e à réaliser les tâches et responsabilités spécifiques suivantes :

Etape 1 – Préparation :

  • Réaliser une revue bibliographique de la littérature existante encadrant l’objet de recherche (entre autres ; militantisme, engagement politique en milieu universitaire, etc.).
  • Effectuer une relecture critique de la note de cadrage de l’étude.
  • Réviser la problématique, le cadre théorique et méthodologique ainsi que les questions de recherche de l’étude (en alignement avec la note de cadrage).
  • Formuler les hypothèses de recherche en alignement avec la problématique soulevée dans la note de cadrage de l’étude.
  • Elaborer le modèle d’analyse et le protocole de recherche de l’étude.
  • Développer les outils méthodologiques, y-compris les guides d’entretiens et une typologie préliminaire des évènements à caractère extrémiste violent.
  • Identifier les sources documentaires (médias, communiqués officiels, comptes-rendus de conseils scientifiques, etc.) pertinentes pour retracer les manifestations de l’extrémisme violent en milieu universitaire.
  • Identifier, en alignement avec le protocole de recherche, les personnes-ressources qui seront consultées dans le cadre d’entretiens semi-directifs qualitatifs.

Livrables correspondant : projet de recherche, guides d’entretiens, template de typologie.

Etape 2 – Collecte des données de terrain :

  • Réaliser une revue documentaire des sources pertinentes (médias, communiqués officiels, littérature grise, etc.) pour retracer les manifestations de l’extrémisme violent en milieu universitaire.
  • Classer les manifestations de l’extrémisme violent en milieu universitaire au sein de la typologie (matrice) pré-validée par le PNUD.
  • Mobiliser, en respectant les caractéristiques validées par le PNUD, les personnes-ressources comme sources primaires d’information de l’étude.
  • Conduire les entretiens semi-directifs qualitatifs auprès des personnes-ressources de l’espace universitaire tunisien.
  • Retranscrire les entretiens semi-directifs au sein d’un compte-rendu exhaustif respectant les principes de rigueur scientifique.
  • Veiller au respect des règles déontologiques lors de la phase de collecte des données de terrain.
  • Restituer les étapes accomplies ainsi que les obstacles et/ou limites méthodologiques de la phase empirique.
  • Préparer le plan provisoire de l’étude finale.

Livrable correspondant : rapport intermédiaire.

Etape 3 – Analyse :

  • Analyser le contenu empirique de la phase de collecte de données au regard des questions et hypothèses de recherche.
  • Produire le rapport d’analyse finale sur la réalité et les facteurs favorisant l’extrémisme violent en milieu universitaire.
  • Rendre compte, de manière critique, des obstacles et limites méthodologiques rencontrés dans l’application du protocole de recherche.
  • Formuler des recommandations programmatiques et opérationnelles pour le renforcement de la cohésion sociale en milieu universitaire.
  • Proposer les implications stratégiques de l’analyse de la réalité et des facteurs de l’extrémisme violent en milieu universitaire sur les politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
  • Exposer les travaux de la recherche auprès des parties prenantes du projet (PNUD, MESRS, CNLCT).

Livrable correspondant : étude.

Etape 4 – Restitution :

  • Synthétiser le protocole de recherche et les enseignements principaux de l’étude sur la réalité et les facteurs de l’extrémisme violent en milieu universitaire dans une présentation Power Point.
  • Présenter les résultats de recherche et ses recommandations lors d’ateliers de restitution.

Livrable correspondant : présentation Power Point.

Résultats et livrables attendus

Résultats attendus :

  • Les manifestations de l’extrémisme violent dans l’espace universitaire tunisien sont documentées.
  • Les facteurs favorisant, aux niveaux sociétal et individuel, le développement de l’extrémisme violent en milieu universitaire sont analysés.
  • Le potentiel du système universitaire tunisien pour contribuer à la prévention de l’extrémisme violent est encadré par des recommandations concrètes.

Livrables :

Au cours de la mission, le/la consultant.e produira les livrables suivants :

Projet de recherche, qui devra être inclusif des éléments suivants :

  • Revue synthétique de la littérature (en alignement avec la note de cadrage).
  • Révision de la problématique de recherche (en alignement avec la note de cadrage).
  • Définition et justification des approches conceptuelles.
  • Révision des questions de recherche (en alignement avec la note de cadrage).
  • Formulation des hypothèses de recherche.
  • Développement du modèle d’analyse et du protocole de recherche.
  • Intégration des principes de sensibilité aux conflits, de genre et de « leave no one behind ».
  • Plan de travail et calendrier prévisionnel.
  • Bibliographie indicative.

Guides d’entretien semi-directifs qualitatifs, qui devra être inclusif des éléments suivants :

  • Critères qualitatifs des personnes-ressources consultées.
  • Fiche de consentement et préambule d’information sur le cadre de la recherche.
  • Questions.

Template de typologie des manifestations de l’extrémisme violent, sous format de matrice, qui établit les paramètres d’annotation permettant de les classer les selon leur nature.

Rapport intermédiaire sur l’avancement de la recherche, qui devra être inclusif des éléments suivants :

  • Restitution descriptive des actions réalisées lors de la phase empirique de collecte de données.
  • Typologie, sous format de matrice, des manifestations de l’extrémisme violent dûment remplie.
  • Rapport détaillé des obstacles rencontrés et limites méthodologiques dans la phase empirique.
  • Révision du plan de travail pour la phase d’analyse (ajustements).
  • Plan provisoire de l’étude finale.

Etude sur la réalité et les facteurs de l’extrémisme violent en milieu universitaire, qui devra (entre autres) être inclusive des éléments suivants :

  • Résumé de l’étude.
  • Courte biographie des auteurs.
  • Introduction (contexte programmatique, problématique, cadre théorique, questions et hypothèses de recherche, méthodologie, etc.).
  • Développement (en deux ou trois parties).
  • Recommandations, articulées selon les dimensions essentielles du système universitaire (gouvernance, formation, recherche, vie universitaire, relation avec l’environnement).
  • Conclusion (synthèse, limitations méthodologiques, etc.).
  • Bibliographie hiérarchisée.

Présentation Power Point de l’étude, qui devra être inclusive des éléments suivants :

  • Méthodologie suivie (définition/justification des concepts employés, protocole de recherche).
  • Problématique et questions de recherche.
  • Synthèse des résultats de recherche et des recommandations.
  • Implications pour les politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Les documents seront rédigés en français et soumis par e-mail sous format Word (ou Power Point pour le dernier livrable) au Conseiller Technique Principal du projet Tarabot.

Tableau récapitulatif des produits attendus :

Modalités de travail

Le/la consultant.e sera encadré.e par l’équipe du projet Tarabot (PNUD Tunisie) et travaillera en coordination avec le projet Tamkeen (PNUD), le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS) et la CNLCT. Il/elle participera à des réunions de briefings régulières avec les parties prenantes du projet pour veiller à la bonne intégration de l’analyse avec le cadre programmatique de l’étude.

Il/elle pourra, si il/le souhaite, décider de sous-traiter à un.e assistant.e de recherche le travail de collecte des données de terrain. Le/la consultant.e sera redevable de la qualité technique du travail produit par cet.te assistant.e de recherche, y-compris de la qualité de la récolte des données de terrain dans le respect des règles déontologiques. L’éventuelle sous-traitance à un.e assistant.e de recherche doit être incluse dans l’offre financière du/de la consultant.e ; le PNUD ne prendra pas en charge les éventuels frais additionnels n’entrant pas dans le cadre de cette offre financière.

Les produits de cette consultation seront la propriété exclusive du PNUD (sans préjudice aux droits moraux de l’auteur et conformément à la législation régissant les produits de connaissances élaborés pour le compte du système des Nations Unies). Le/la consultant.e ne publiera ni ne fera publier, sous quelque forme que ce soit, les produits de cette mission. Le cas échéant, les règles de propriété intellectuelle s’appliquent également aux collaborateur.rices du/de la consultant.e.

Le/la consultant.e sera seul.e responsable de la qualité technique de son travail et de celui de son éventuel.le collaborateur.rice, ainsi que de la réalisation dans les délais adéquats des tâches assignées.

Contenu et évaluation des offres

Contenu des offres :

Les consultant.es individuel.les ayant les qualifications requises décrites au paragraphe précédent peuvent postuler pour la présente consultation. Le dossier de candidature devra comprendre obligatoirement les pièces ci- dessous listées :

Offre technique :

  • Un CV mis à jour signé par le/la consultant.e incluant les expériences/références dans le domaine pertinent à la présente mission avec contacts de trois (03) références à l’appui (noms, adresse email et N° de téléphone).
  • Une note méthodologique déclinée en deux parties :
    • Description du contexte (maximum 2 pages) propre aux manifestations de l’extrémisme violent en milieu universitaire.
    • Proposition analytique pour encadrer, sur le plan théorique, l’étude des facteurs de l’extrémisme violent en milieu universitaire (maximum 2 pages).
    • Remarque 1 : si le/la candidat.e propose de sous-traiter une partie des missions susmentionnées à un.e assistant.e de recherche, le CV de cet.te assistant.e devra être joint à la candidature ainsi qu’une justification et description de la répartition des tâches entre le/la consultant.e et l’assistant.e. Les critères d’évaluation du profil de l’assistant.e seront fondés sur sa formation académique (domaine des sciences sociales) et son expérience dans la réalisation de travaux de recherche qualitative en sciences sociales.
    • Remarque 2 : si la méthodologie proposée par le/la candidat.e intègre un travail de terrain auquel seront associés des frais de déplacement, ceux-ci doivent être dûment justifiés et détaillés dans la note méthodologique.

Offre financière :

L’offre financière devra être globale et inclusive de l’ensemble des coûts associés à la mission, y-compris les honoraires du/de la consultant.e, les frais de déplacement et d’hébergement pour les missions de terrain (préciser nombre de missions, lieux et durée), l’éventuelle sous-traitance à un.e assistant.e de recherche, etc. L’offre financière doit être formulée en Dinars Tunisiens pour les candidat.es tunisien.nes et en Dollars Américains pour les non-tunisien.nes.

Evaluation des offres

Le processus d’évaluation et de sélection comporte 2 étapes :

  • Evaluation technique selon les compétences requises sur la base du curriculum vitae, de la note méthodologique et de l’entretien : 70 % de la note globale.
  • Evaluation financière en se basant sur l’offre financière fournie par le/la candidat(e) : 30% de la note globale. Seules les candidatures ayant été retenues lors de l’évaluation techniques (70 points sur 100) verront leurs offres financières examinées.

Evaluation technique

Evaluation préliminaire

Les candidatures reçues seront évaluées par un panel de sélection selon la grille d’évaluation ci-dessous :

Entretien oral

Seul.es les candidat.es ayant obtenu une note égale ou supérieure à 40/70 dans l’évaluation des critères 1 à 5 seront retenus pour la phase d’entretiens oraux.

L’entretien oral sera évalué sur 30 pts.

Evaluation financière – Maximum 30 points.

Seul.es les candidat.es ayant obtenu une note égale ou supérieure à 70/100 dans l’évaluation des critères 1 à 6 seront retenu.es pour la phase d’évaluation financière.

La formule suivante sera utilisée pour évaluer la proposition financière :

p = y (μ / z), où

p = points pour la proposition financière évaluée;

y = nombre maximal de points pour la proposition financière;

μ = prix de la proposition la moins chère;

z = prix de la proposition évaluée.

Calendrier et durée

Le contrat durera 30 jours répartis sur 6 mois.
La mission se déroulera du 1 décembre 2020 au 31 mai 2021.

Lieu de travail

Tunis, Tunisie.
– Possibilité de travail à distance pour les consultant.es internationaux.
– Possibilité de déplacements internes selon offre méthodologique des candidat.es.

Modalités de paiement

Le paiement se fera sur quatre tranches, suite à la validation des livrables par le CTP du projet Tarabot (PNUD) :

Critères d'éligibilité

  • Démontre son intégrité par le respect des valeurs et de l’éthique des Nations Unies ;
  • Promeut la vision, la mission et les buts stratégiques des Nations Unies ;
  • Respecte les différences culturelles, de genre, de religion, de race, d’âge et de nationalité.
  • Capacité avérée à appliquer les bonnes pratiques et à prodiguer des conseils analytiques.
  • Démontre de très bonnes capacités de communication tant écrites qu’orales, y-compris d’une capacité à préparer des rapports de qualité.
  • Une expérience avec le Système des Nations Unies, en particulier le PNUD, et une bonne connaissance de son mandat est un atout.
  • Minimum un Master dans une discipline des sciences sociales.
  • Au minimum 3 ans d’expérience dans l’enseignement supérieur et/ou la recherche scientifique dans le domaine des sciences sociales.
  • Au moins 1 publication (direction ou contribution à un ouvrage académique, article dans une revue scientifique, rapport analytique pour une organisation internationale) appliquant un modèle d’analyse de la sociologie des mouvements sociaux.
  • Une (ou plusieurs) expérience(s) dans la réalisation de travaux de recherche sur l’espace universitaire tunisien serait un atout.
  • Une (ou plusieurs) expérience(s) dans la réalisation de travaux de recherche sur l’extrémisme violent en Tunisie serait un atout.
  • Excellente maîtrise du français et de l’arabe. Une bonne connaissance de l’anglais est un atout
  • Bonne connaissance des outils informatiques (Word, Excel, Power Point, Email sous environnement Microsoft).

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Contacts

5ef57a4f4e7cad0133e05854273c7eb6

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à consultants Publié sur Jamaity le 12 novembre 2020


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo