Exprimer mon avis

L’association Santé Sud recrute un consultant local Retour vers les opportunités


Santé Sud

Lance   Appel à candidatures

Échéance

22 Novembre 2015 Il y a 6 ans

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Tunis

Projet : Pour une meilleure participation sociale et économique des personnes souffrant de handicap mental

Mission d’évaluation finale du projet : (Mai 2012 – Janvier 2016)

Lieu de la mission : Tunisie

Date prévue de réalisation de la mission : 25 novembre – 18 décembre 2015

Chef du projet : Mohamed Aymen Ben Abbes ( [email protected] )

Budget : 3000 euros hors coûts opérationnels

Financeurs du projet : Union Européenne, Fondation Michelham

 

1. Contexte de la mission

1.1. Description succincte du projet

1.1.1. Intitulé du projet

Pour une meilleure participation sociale et économique des personnes souffrant de handicap mental en Tunisie.

1.1.2. Date de début et date de fin du projet

La durée du projet s’étale de Mai 2012 à Janvier 2016.

1.1.3. Nom des partenaires du projet

Les 3 associations partenaires sont :

  • L’Association des Parents et Amis des Handicapés de Tunisie (APAHT) Nationale, et de Ghardimaou. L’APAHT est une association à but non lucratif créée en février 1985 qui compte 22 sections sur l’ensemble du territoire tunisien. La section présente à Ghardimaou gère deux structures indépendantes, un centre créé en 1994 et une ferme créée en 1995. Le centre accueille aujourd’hui 73 enfants et adultes handicapés moteurs, mentaux et malentendants. La ferme quant à elle a un statut de centre de formation et de réhabilitation sociale où se déroulent des activités de formation diverses sur 14 ha (cultures maraîchères, taille d’arbres fruitiers, petit et grand élevage …) afin de favoriser une insertion progressive des usagers de cette ferme. Elle accueille aujourd’hui 44 handicapés moteurs, mentaux et malentendants.
  • L’Union Tunisienne d’Aide aux Insuffisants Mentaux (UTAIM) de Sidi Bouzid est une association à but non lucratif de nationalité tunisienne, créée le 10 Mars 1989 qui gère un centre socio-éducatif accueillant actuellement 113 personnes handicapées mentales. Ce centre compte 5 ateliers de formation (jardinage / agriculture, menuiserie, produits d’entretien, tapisserie et couture). L’activité avicole se déroule sur un terrain de 700 m² que possède l’association.
  • L’Union Tunisienne d’Aide aux Insuffisants Mentaux (UTAIM) de Testour est une association à but non lucratif de nationalité tunisienne, créée en 1999. En 2005, cette association a procédé à un jumelage avec l’Association Tunisienne d’Aide aux Sourds (ATAS) et ensemble elles gèrent l’établissement Cordoue, centre socio-éducatif qui accueille actuellement 124 handicapés mentaux et malentendants et propose plusieurs activités telles que le jardinage, la broderie/couture ou encore la pâtisserie. Elles se sont aussi dotées d’une ferme en 2012 où les usagers du centre mènent des activités agricoles ayant pour but de favoriser leur insertion professionnelle. En 2014, les 2 associations ont procédé à une fusion officielle, et l’on parle aujourd’hui de l’Association Cordoue d’Education Spécialisée et de Développement Humain.

1.1.4. Pays et régions cibles

Pays : Tunisie
Régions :

  • Ghardimaou : Située au nord-ouest de la Tunisie à 182 Km de Tunis. Elle est rattachée au gouvernorat de Jendouba.
  • Sidi Bouzid : Cette ville est située au centre de la Tunisie et est le chef-lieu du gouvernorat portant le même nom.
  • Testour : Située au nord-ouest de la Tunisie à 77 km de Tunis et est rattachée au gouvernorat de Béja.

1.1.5. Groupes cible et bénéficiaires

Les bénéficiaires finaux

Les bénéficiaires finaux du projet sont 333 personnes ayant une déficience intellectuelle (207 hommes et 126 femmes) accueillies dans les centres/fermes thérapeutiques pilotes gérés par les trois associations partenaires, leurs familles et leur entourage.
Par ailleurs, grâce aux actions d’échange et de mutualisation qui seront réalisées en dernière année du projet, il est attendu que 20 autres fermes réparties sur le territoire tunisien puissent réaliser des changements significatifs au bénéfice de leurs usagers. Ainsi, les 1680 usagers de ces 20 autres fermes seront également les bénéficiaires finaux du projet.

Les groupes cibles

Les groupes cibles sont constitués de toutes les personnes exerçant une activité rémunérée ou à titre bénévole au sein des associations partenaires en relation avec les personnes en situation de handicap (membres des comités, directeurs administratifs, directeurs administratifs et pédagogiques, éducateurs, formateurs, etc) ainsi que des représentants des autorités locales agissant dans le développement. Plus spécifiquement, le groupe cible est composé de 93 personnes (54 hommes et 39 femmes) englobant les membres des comités et directeurs des trois associations partenaires et les professionnels chargés des activités éducatives et thérapeutiques ainsi que de 495 personnes regroupant les personnes représentant des autorités locales et les équipes des 20 autres fermes thérapeutiques.

 

1.1.6. Résumé du projet

Le projet vise à renforcer les capacités de 3 fermes thérapeutiques à promouvoir l’insertion sociale et économique des handicapés mentaux. Au travers des espaces agricoles/fermes thérapeutiques, les associations qui prennent en charge des personnes ayant une déficience intellectuelle ont pour objectifs d’utiliser l’espace agricole comme un médiateur thérapeutique et d’améliorer l’insertion sociale de ces personnes et les accompagner, si possible, vers une insertion professionnelle dans le milieu agricole. L’activité agricole directe ou indirecte (ateliers de fabrication des tenues pour les ouvriers agricoles par exemple) peut, en effet, servir différents volets d’une prise en charge globale des personnes ayant une déficience intellectuelle : l’éducation, le soin, la socialisation et la formation professionnelle. Elle favorise alors l’autonomie dans la vie quotidienne, le développement des capacités sensorielles et psychomotrices et une ouverture sur l’environnement extérieur en vue de l’intégration sociale et économique.

Pour atteindre cet objectif, l’action s’articule autour de différents axes :

✓ Le développement des capacités organisationnelles et de gestion des associations ;
✓ Le renforcement des compétences thérapeutiques et d’encadrement des équipes de professionnels ;
✓ Le développement d’un réseau de partenaires institutionnels, opérationnels ou simplement relationnels autour des fermes afin qu’elles puissent inscrire leur action sociale et économique dans leur territoire et démultiplier ainsi les opportunités pour les personnes qu’elles accueillent.

1.2. Objectifs et résultats attendus du projet

Objectifs
Ce projet a pour objectif général d’améliorer les chances d’intégration sociale et économique des personnes en situation de handicap.

L’objectif spécifique du projet est de renforcer les capacités de trois fermes thérapeutiques pilotes à promouvoir l’insertion sociale et économique des personnes ayant une déficience intellectuelle.

Résultats attendus et activités

Résultat attendu 1 : L’organisation des trois fermes pilotes est optimisée
Activité 1.1 : Elaborer le projet d’établissement dans la ferme de Testour
Activité 1.2 : Former les équipes à la gestion et la valorisation des espaces agricoles
Résultat attendu 2 : Un projet individualisé d’insertion pour chaque usager en lien avec l’espace agricole, est élaboré et mis en oeuvre dans les trois fermes pilotes
Activité 2.1 : Former les équipes à la prise en charge du handicap mental à travers la démarche du projet individualisé
Activité 2.2 : Former les équipes à la médiation thérapeutique spécifique aux espaces agricoles
Activité 2.3 : Mettre en place un dispositif séquentiel préprofessionnel dans le centre d’accueil de Testour
Résultat attendu 3 : Les trois fermes pilote et les acteurs publics et privés du développement agricole sont mis en réseau au niveau national et régional
Activité 3.1 : Créer des dynamiques participant à une meilleure image du handicap mental
Activité 3.2 : Mutualiser les expériences nationales d’insertion sociale et économique
Activité 3.3 : Capitaliser et diffuser les expériences nationales d’insertion, de médiation thérapeutique et de gestion agricole
Activité 3.4 : Elaboration d’un état des lieux du territoire à Sidi Bouzid

1.3. Gestion du projet

Au sein de Santé Sud, ce projet a été mis en oeuvre par une équipe composée d’un chef de projet et d’un conseiller agricole. Des appuis ont été apportés par le coordinateur technique de Santé Sud Tunisie, la chargée de suivi des projets de Santé Sud, le directeur du programme Santé Sud Tunisie, la chargée de programmes et le responsable de programmes à Marseille.

2. Objectifs et méthodologie de la mission

2.1. Justification de l’évaluation

Une évaluation externe est prévue à la fin de l’action et a pour objectif de mesurer le degré de réalisation des objectifs fixés par le projet. Le choix d’une évaluation externe comme activité intégrante du projet a été privilégié afin de garantir l’indépendance et l’impartialité de ce processus et d’apporter une expertise sur les volets constitutifs du projet.

L’évaluation de projet est primordiale pour rendre compte des objectifs atteints ou non, ainsi que pour estimer les effets à court terme des actions menées. Elle a une vocation à la fois de compte-rendu vis-à-vis des financeurs, décideurs et usagers-citoyens à qui sont destinées les actions évaluées, et de guide pour des suites qui peuvent être données au projet. Les données issues de l’évaluation pourront accroître la mobilisation des parties prenantes impliquées dans les activités du projet pour la pérennisation de l’action. Par ailleurs, cela permettra aux partenaires du projet de considérer leur participation et d’apprécier les orientations et les perspectives du développement de leur action.

D’une manière plus précise, l’évaluation vise à dresser et analyser un pattern de résultats. Le consultant va se rendre sur les trois sites partenaires du projet pour mener des entretiens avec les bénéficiaires du projet et sur Tunis pour conduire des entretiens avec l’équipe du projet à Santé Sud. Il fournira une analyse critique et constructive sur les stratégies développées, les outils de suivi-évaluation mis en oeuvre et la gestion des informations.

2.2. Questions évaluatives et critères d’évaluation

L’évaluation permettra d’apprécier la qualité des réalisations sur la base des objectifs et indicateurs figurant dans le document de projet. Cela reposera sur une mesure des réalisations et une interprétation qui donnera du sens à ces données. Cette analyse aura pour vecteur de vérifier quels objectifs ont été atteints, au niveau des produits mais aussi au niveau des processus et dynamiques impulsés.

Les attentes de l’évaluation s’articulent autour d’une palette de critères :

  • La pertinence : la mesure dans laquelle les objectifs envisagés par le projet répondent correctement aux problèmes identifiés et aux besoins réels des bénéficiaires du projet.
  • L’efficacité : elle concerne la réalisation des objectifs et la qualité de pilotage du projet.
  • L’efficience : elle concerne le rapport entre les moyens mobilisés et les résultats obtenus.
  • L’impact : elle concerne la mesure des retombées de l’action sur les groupes cibles. – La pérennité : elle vise à savoir si les effets du programme perdureront après son arrêt.

L’évaluateur devra intégrer également la mesure d’autres critères complémentaires pour enrichir l’évaluation :

  • La prise en compte du genre dans les différentes phases du projet.
  • La cohérence externe/complémentarité : elle concerne la cohérence entre les structures attelées à répondre aux besoins identifiés dans le projet et si ces structures sont complémentaires ou en situation de concurrence.
  • La couverture : elle concerne la proportion de bénéficiaires par rapport à la population de départ et la capacité du projet à atteindre la population la plus vulnérable.
  • L’utilité : elle concerne l’apport du projet et quels bénéfices tirés par les bénéficiaires et la communauté en général.
  • La faisabilité : elle concerne l’appréciation des objectifs du projet en tenant compte du contexte et des moyens prévus.
  • La coordination : elle concerne la coopération avec les partenaires et les autres organisations qui travaillent sur la thématique dans la région.

Afin de guider le consultant dans sa démarche, ces quelques questions, non exhaustives, sont proposées à titre d’exemple :

La pertinence :

  • Le programme était-il bien approprié ou adéquat pour atteindre le l’objectif général poursuivi ?
  • L’objectif est-il toujours d’actualité aujourd’hui ?
  • Le programme correspond-il aux attentes des parties prenantes ?
  • Les solutions envisagées étaient-elles adaptées au contexte socioculturel et politique actuel des régions cibles?
  • Les données de base sur les besoins et les attentes des bénéficiaires dressées dans la phase préparatoire du projet, étaient-elles en adéquation avec la réalité observée dans les phases de déroulement du projet ?

L’efficacité :

  • Quel est le niveau d’atteinte de l’objectif principal du projet ?
  • Le programme a-t-il eu les effets attendus au niveau des bénéficiaires (renforcement des compétences, renforcement institutionnel, échanges d’expériences, etc.) ?
  • Des manquements ou des retards dans la mise en oeuvre des activités ont-ils eu lieu ? quel effet cela a-t-il eu sur la gestion et le déroulement du projet ?
  • Les bénéficiaires sont-ils globalement satisfaits des effets de l’action ?
  • Les ressources humaines et financières, mobilisées au projet étaient-elles adaptées ? Si non, ont-elles entravé l’atteinte des objectifs poursuivis ?
  • Des difficultés ont-elles été rencontrées dans la mise en oeuvre des activités ? comment elles ont été dépassées ? quelles en étaient les causes et les conséquences ?

L’efficience :

  • Comment le projet a fonctionné en fonction des moyens mis en oeuvre ?
  • Les ressources ont-elles été bien mobilisées ?
  • Les résultats immédiats escomptés ont-ils été effectivement obtenus et dans quelles conditions de qualité, coût et délais ?
  • Les résultats ont-ils été à la mesure des sommes dépensées ?
  • Les exigences contractuelles ont-elles été respectées?
  • Les dispositifs de suivi et d’évaluation en interne ont-ils été mis en oeuvre en adéquation avec le document de projet ?

L’impact :

  • Le programme a-t-il contribué à améliorer les chances d’intégration sociale et économique des personnes en situation de handicap ? à augmenter leur participation sociale ?
  • Le programme a-t-il des effets négatifs imprévus ?
  • Les conséquences globales du programme sont-elles bénéfiques ?
  • Dans quelle mesure le projet a-t-il eu un impact sur les comités, les intervenants, les instances politiques et les personnes en situation de handicap dans les trois régions ?
  • Le projet a-t-il favorisé une dynamique de renforcement institutionnel des partenaires ?
  • Dans quelle mesure les actions du projet ont-elles permis aux partenaires sur les trois sites d’augmenter leur visibilité et reconnaissance vis-à-vis des acteurs dedéveloppement de la région ?
  • Quelles sont les mesures à prendre et les dispositifs à mettre en place pour garantir et renforcer l’impact sur le long terme ?

La pérennité :

  • Les effets du projet sur les groupes cibles seront-ils durables ?
  • Les mécanismes mis en place sont-ils viables ?
  • Quelles leçons peut-on tirer pour améliorer l’action tant en terme de dispositifs ou de stratégie à mettre en oeuvre ? Quelles sont les actions à renforcer pour favoriser l’inclusion et la participation citoyenne des personnes en situation de handicap ?
  • Le projet peut-il servir de modèle pour d’autres programmes en Tunisie ou dans d’autres zones géographiques?

Critères complémentaires :

La prise en compte du genre :

  • Le genre était-il pris en compte dans la conception et la mise en oeuvre des activités du projet ?
  • Quel est le ratio participants hommes/femmes aux différentes activités du projet ?
  • Les disparités d’accès et de participation en relation avec le genre ont-elles été réduites grâce aux activités et moyens mis en oeuvre dans le projet ?
  • Le genre était-il pris en compte dans la prise de décisions ?

La cohérence externe/complémentarité :

  • y a-t-il complémentarité des objectifs du projet évalué avec les objectifs des autres politiques concernant l’intégration sociale et économique des personnes en situation de handicap ?
  • Les objectifs, les stratégies et les méthodes sont-elles cohérentes avec la politique régionale ou nationale en termes d’intégration sociale et économique des personnes en situation de handicap ?
  • Y a-t-il cohérence des actions entre les structures attelées à répondre aux besoins identifiés dans le projet ? ces structures sont-elles complémentaires ou en situation de concurrence ?
  • Y a-t-il une valeur ajoutée de ce projet en comparaison avec d’autres actions menées sur la même thématique ?

La couverture :

  • Le projet a-t-il permis d’atteindre les groupes ciblés dans le projet ?
  • A-t-on atteint les personnes en situation de handicap les plus vulnérables dans le projet ?
  • Quelle est la proportion des bénéficiaires par rapport à la population cible de départ ? Sont-ils représentatifs de la population des personnes ayant une déficience intellectuelle ?

L’utilité :

  • Quels bénéfices ont-ils été tirés par les bénéficiaires ?
  • Quelle est l’utilité sociale du projet?
  • Quelle est la valeur ajoutée communautaire concernant l’intégration des personnes en situation de handicap ?

La faisabilité :

  • Les objectifs du projet ont-ils été réellement atteignables en tenant compte du contexte socio-politique des trois régions partenaires ?
  • Les moyens prévus étaient-ils proportionnés et adéquats pour atteindre les objectifs du projet ?
  • Les objectifs et les moyens prévus dans le projet étaient-ils en adéquation avec la capacité d’absorption des partenaires ?

La coordination :

  • Y a-t-il eu une réelle implication des partenaires sur les trois régions ? Le choix de ces partenaires a-t-il été le plus pertinent et judicieux parmi les acteurs présents dans ces régions ?
  • Y a-t-il eu des contacts et des collaborations avec d’autres acteurs œuvrant dans le champ du handicap? Les synergies et les collaborations développées avec ces acteurs ont-elles été fructueuses? ont-elles influencé le processus de mise en oeuvre des activités?
  • Y a-t-il une dynamique d’échange et de partage avec d’autres acteurs autour de certaines activités ou expériences sur le plan régional ou national ? Quelles étaient les opportunités qui auraient pu être saisies et développées sur le plan national ou international ?
  • Y a-t-il eu une dynamique d’échange et de concertation avec les différents acteurs de l’Etat ? Dans quel sens cette dynamique peut être amplifiée et viabilisée ?

2.3. Méthodologie de l’évaluation

2.3.1. Procédure générale

L’évaluation peut reposer, sans obligation, sur une méthodologie mixte impliquant des visites de terrain, des entretiens avec les partenaires, des questionnaires, une analyse de documents, etc. La collecte d’informations, les constats et les différentes investigations se feront en concertation et avec l’aide des partenaires, parties prenantes de la dynamique du projet. Le consultant veillera à respecter la dimension participative de l’évaluation afin de favoriser l’appropriation des résultats par les partenaires du projet. Il organisera des rencontres avec les bénéficiaires du projet et leurs familles, si possible, pour apprécier l’impact de l’action.

2.3.2. Principales étapes de l’évaluation

L’évaluation suivra les étapes suivantes :

  • Échange et travail préparatoire à distance avec le chef du projet, le conseiller agricole et le coordinateur technique ;
  • Collecte des informations et documents ;
  • Mission de 6 jours comportant des visites des trois sites ;
  • Restitution à chaud à l’issue de chaque visite d’un site ;
  • Restitution générale auprès des partenaires et l’équipe Santé Sud du projet ;
  • Achèvement du rapport et échanges avec l’équipe Santé Sud ;
  • Finalisation et validation du rapport.

Durant toute la mission d’évaluation, le consultant peut accéder à tous les documents suivants :

  • Documents initial et amendés en accord avec le bailleur ;
  • Rapports narratifs intermédiaires ;
  • Termes de référence développés pour les activités du projet ;
  • Outils de planification, de suivi et d’évaluation ;
  • Les rapports et les PV disponibles de réunions ou d’ateliers.

2.3.3. Déroulement de la mission

La durée totale de la mission est de 23 jours dont au moins 5 jours de présence globale sur les trois sites. Il appartient au consultant d’élaborer le planning de ses interventions.

chronogrammeL’évaluation devra être accomplie et le rapport final validé au plus tard le 18 Décembre 2015.

3. Livrable

Le consultant devra produire :

  • une version provisoire du rapport d’évaluation comportant les retours issus de la restitution des résultats avec les partenaires et l’équipe du projet.
  • Une version finale du document incluant des annexes (données recueillies, outils, témoignages, etc.) au plus tard le 18 décembre 2015.

4. Honoraires du consultant et frais opérationnels

Les honoraires du consultant chargé de la mission d’évaluation sont fixés à 3 000 euros (environ 6600 dnt). Les frais opérationnels, tels que les frais de transport local et de séjour dans les régions seront organisés et pris en charge directement par Santé Sud selon les standards internes à l’association.

5. Expertise recherchée

Il est fait appel à un consultant local, résident en Tunisie, et expert en évaluation de projets de développement avec :

  • Une connaissance de la thématique de handicap et du contexte sociopolitique tunisien ;
  • Une expertise dans le domaine de développement social ;
  • Une expérience significative en évaluation de projet multi-acteurs ;
  • Maîtrise du français et bonne capacité rédactionnelle.

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Publié sur Jamaity le 17 novembre 2015


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo