Exprimer mon avis

Le foncier agricole en Afrique du Nord, entre insécurité alimentaire et marginalisation sociale. Retour vers l'agenda

Quand?

30 Mars 2021 à partir de 19:00

Où?

En ligne

Partager l'événement sur

Région(s) concernées par cet événement: Tunisie
Domaines concernées par cet événement: Agriculture
L’injustice foncière que subissent les paysanneries de la région (MENA) est particulièrement caractéristique des politiques capitalistes et extractivistes. Les transformations des secteurs agricoles vers le modèle intensif, fortement mécanisé et modernisé et principalement orienté vers l’export a, en plus de l’aggravation et de l’enracinement de la dépendance alimentaire, aussi créé un gap extraordinaire entre les millions de paysan.ne.s dépossédé.e.s de leurs ressources naturelles, appauvri.e.s et marginalisé.e.s et les quelques grands possédants et investisseurs qui accumulent des bénéfices et des richesses parfois sans comparaison avec les réalités sociologiques et économiques locales. Héritage de l’époque coloniale, les inégalités foncières actuelles témoignent aussi des changements profonds des modes et relations de production et de l’abandon accéléré de l’agriculture paysanne qui aggrave et renforce l’insécurité alimentaire locale et la dépendance alimentaire nationale. Ces inégalités foncières et leurs évolutions montrent assez clairement la complexité et la gravité du problème.
Dans la région MENA, « en 1951, 0,1% des propriétaires terriens possédaient 20% des terres cultivées ; 99 grands propriétaires possédaient 7,3% des terres agricoles, tandis que 3 millions de fellahin ne possédaient que moins d’un feddan (1 feddan : 0,42 hectare) chacun. Ces quasi-sans-terres constituaient 75% des propriétaires terriens, mais ne possédaient que 13% des terres cultivables » (Bush 2016, 6).
Aujourd’hui, 60% des exploitations ont moins d’un hectare, mais plus de 50% des terres sont occupées par des exploitations de plus de 10 hectares. (Lowder et al. 2014, 13). 84% des exploitations appartiendraient à la catégorie de l’agriculture familiale, mais ne contrôlent que 25 % de la superficie cultivée. Le niveau d’inégalité est probablement plus visible en précisant que 85% des exploitations sont tenues par des paysan.e.s possédant moins de 5 hectares, alors qu’environ 6% ont entre 10 et 50 hectares et occupent 40 % de la superficie totale. (Bush 2016, 7).
Bibliographie
– Bush. Ray. (2016). « Family farming in the Near East and North Africa, » Working Papers 151, International Policy Centre for Inclusive Growth. Rome. FAO.
– Lowder, Sarah K., Jakob Skoet and Saumya Singh. (2014). ‘What Do We Really Know about the Number and Distribution of Farms and Family Farms in the World?’ Background paper for The State of Food and Agriculture 2014, ESA Working Paper No. 14–02, August 8. Accessed from http://www.fao.org/…/esa/publications/details/en/c/220356/
— Participants : —
⇒ Béchir YAZIDI
Historien, Université de Manouba à Tunis. Spécialiste d’histoire contemporaine. Parmi ses nombreux travaux et publications, (2005) La politique coloniale et le Domaine de l’Etat en Tunisie , de 1881 jusqu’à la crise des années trente, Ed. Faculté des Lettres de la Manouba et Ed Sahar, Tunis. (en franjáis). Il est aussi l’auteur de nombreux articles dans des revues spécialisées en Tunisie, Maroc, France, Espagne Liban et qui traitent du Domaine de l’Etat et essentiellement le domaine hydraulique durant la période coloniale.
→ Dépendance alimentaire et héritage colonial
Le mythe de l’indépendance alimentaire s’est dissipé depuis l’accès de la Tunisie à l’indépendance politique en 1956.
Dans ce travail, nous mettrons l’accent beaucoup plus sur la politique coloniale dans le domaine de l’agriculture depuis l’établissement du protectorat jusqu’aux premières années qui suivirent la seconde guerre mondiale. Peut-on dire que notre agriculture souffre d’un héritage colonial défavorable ? Cet héritage concerne évidemment les mécanismes de la mise en marche d’un secteur agricole qui répond aux besoins du marché local, mais aussi qui alimente les marchés externes et la Métropole en premier lieu. Et si nous souffrons aujourd’hui d’une dépendance alimentaire, faut-il, aussi, chercher des explications dans les politiques du nouvel Etat indépendant ?
⇒Saker El-Nour
Sociologue ruraliste Saqer Al-Nur est chercheur indépendant. Ses recherches portent sur les questions d’accès aux ressources naturelles, de souveraineté alimentaire et de changements environnementaux et agricoles en Égypte et dans le monde arabe. Il a obtenu son doctorat en sociologie à l’Université de Paris-Nanterre. Il publie des rapports de presse sur la plateforme de journalisme participatif.
→Accumulation par dépossession : une lecture, à long terme, de l’évolution de la propriété agricole.
L’accumulation par dépossession signifie l’acquisition de terres et leur transfert des mains des populations et des communautés locales à un nombre limité de possédants plus puissantes. Dans cette intervention, nous essayrons de comprendre et d’analyser la question de l’acquisition de terres agricoles et son rôle dans la formation de classes sociales, les relations de pouvoir et le développement d’un capitalisme sauvage sur deux siècles d’histoire de la propriété foncière en Égypte.
⇒Mohamed Mahdi
Mohamed Mahdi est professeur de Sociologie rurale à l’École Nationale d’Agriculture de Meknès. Il a obtenu son Doctorat es-sciences (sur Les sociétés des Pasteurs du Haut-Atlas) à l’université de Casablanca. Depuis plusieurs décennies, il a conduit des recherches en sociologie rurale sur les questions du changement social et du développement agricole, rural et territorial, particulièrement chez les communautés sédentaires du Haut-Atlas, les transhumants du Moyen-Atlas, les nomades des zones steppiques de l’oriental et récemment du Sahara.
→Le foncier agricole et l’insécurité alimentaire au Maroc
La communication se focalise sur les stratégies de développement agricole au Maroc pour montrer qu’elles s’inscrivent dans une optique de « sécurité foncière » [offre foncière aux investisseurs] et pas du tout dans celle de la « sécurité alimentaire ». C’est là une tendance observée dans les pays voisins et dont il importe d’examiner le mode de déploiement dans le cas marocain afin de pouvoir alimenter la comparaison.

Organismes impliqués

Plus d'informations

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter l'équipe organisatrice:


Réseaux sociaux

Ajouter sur l'agenda Google Rejoindre sur

Événements à venir

GAME في الشارع

Parking Stade Chedly Zouiten à partir de 10:30

La gestion des déchets en Tunisie: Etat des lieux et Perspectives »

la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. à partir de 08:30

Découvrez encore plus d'événements sur Jamaity en allant sur l'agenda associatif


Vous souhaitez découvrir plus d'événements impliquant des associations de la société civile tunisienne?
Essayez la rubrique Agenda associatif de la plateforme



Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo