Exprimer mon avis

Voix des Femmes Tunisiennes Noires Retour vers toutes les associations


Voix des Femmes Tunisiennes Noires
Tunisie

Vues
384

Membres
Je le suis

Événements
Suggérez

Projets
Suggérez

Vous avez apprécié votre collaboration avec cette association?

Recommander

Voix des Femmes Tunisiennes Noires

Résumé

Pourcentage de données disponibles:
70%

Domaine(s) de l'association : Droits des genres Droit des femmes

Dernière mise à jour: 22 April 2024
L'association est aussi connue sous le nom de : VFTN
Président(e) de l'association : Maha Abdelhamid
Vis-à-vis avec l'association : Fatma ben Barka Messaoudi

Le collectif Voix des Femmes Tunisiennes Noires vise à créer un espace sécurisé et inclusif pour échanger et débattre des expériences et des défis spécifiques rencontrés par les femmes noires dans la société tunisienne. 

En encourageant la libre expression et en valorisant les récits personnels, ce collectif aspire à démanteler les stéréotypes nuisibles, à promouvoir la diversité et à renforcer la solidarité. 

Il se consacre également à partager des informations, des connaissances et des compétences, tout en protégeant la confidentialité des membres à travers un groupe Facebook privé. 

L’objectif est de transformer collectivement la perception de la femme noire et de lutter contre les injustices raciales et sociales.

Notre rôle :

 

Ce collectif est vu comme un espace de libre expression sur toutes les questions concernant la femme noire, ses droits, ses craintes, ses aspirations et ses suggestions. C’est aussi un collectif voué à l’échange d’informations, d’expériences, de connaissances et de compétences. Ayant conscience de la sensibilité des données qui seront partagées, nous avons créé un groupe Facebook en accès restreint afin de garantir la sécurité et la confiance des adhérentes.

 

Grâce à ce collectif, nous visons à réfléchir à haute voix et à réagir ensemble afin de sortir des stéréotypes autour de la femme noire, souvent présentée comme un être impuissant et incapable de réussir et d’exceller dans la société. En ce sens, nous aimerions changer cette mentalité et en protestant contre cette situation qui nous a été infligée directement ou indirectement par la société.

 

Le rôle de notre collectif, fondé sur la dynamique de l’évolution continue, l’engagement envers la diversité et la promotion de la libre expression, se réinvente constamment. Notre espace, conçu comme un safe space, a facilité une profonde compréhension des vécus et expériences diversifiés des femmes noires, mettant en lumière les défis uniques auxquels certaines d’entre elles peuvent être confrontées.

Nos objectifs : 

Dans ce collectif, nous ne cherchons ni à évaluer celles qui s’expriment, ni à effectuer des comparaisons, ni à juger des comportements, ni à valider ou rejeter les choix et décisions des femmes noires. Nous sommes toutes égales. Personne ne sera privilégiée ni par rapport à son niveau scientifique, ni par rapport à sa classe sociale, ni par rapport à son affiliation familiale ou régionale.

 

Nous désirons instaurer un climat de confiance, d’interdépendance et de solidarité entre nous toutes.

Il est vrai que nous sommes nées dans une société qui a su briser nos liens pour casser notre union, nous dominer et nous empêcher d’avancer ensemble, qui a tout mis en œuvre pour nous dévaloriser et nous présenter souvent comme des êtres faibles, fragiles et souffrant d’un complexe d’infériorité et qui nous a élevées avec l’idée de vouloir « être/ressembler (à une) blanche » pour satisfaire la « société blanche » ; cependant, ici, dans ce collectif, nous suivons le mouvement mondial féministe connu aussi sous le nom de Sororité Féminine, un terme très profond qui désigne l’expression de la solidarité entre femmes.  

Notre objectif est de sensibiliser chaque femme noire non seulement aux souffrances et maltraitances des autres femmes noires mais aussi à ses réussites et exploits. Notre principe est simple : lorsqu’une femme noire a été, est ou sera victime d’actes de violence verbale, psychologique, économique, politique ou physique, c’est nous qui en avons été/sommes et serons victimes et lorsqu’elle a réussi, réussit ou réussira, c’est nous qui avons réussi/réussissons et réussirons.

 

L’un de nos objectifs immédiats est de « vider nos sacs », ce qui nous permettra de passer à l’étape suivante, à savoir la création d’un mouvement pour les femmes noires favorisant la solidarité et la sororité des femmes noires sur tous les plans et plus particulièrement socio-culturel et économique. 

 

Il est important de noter que cette expérience féministe a réussi en Occident, notamment dans les sociétés d’immigration et dans les sociétés des afrodescendants, à savoir les  États unis et les Ïles des Caraîbes. 

Nous espérons parler, nous épanouir, nous autonomiser de nous-mêmes et de l’amour de soi et réfléchir ensemble sur les modalités à appliquer et les positions à adopter afin de changer notre situation actuelle et de donner une image positive de la femme noire tunisienne.

 

Ensemble, nous souhaiterions fonder un mouvement de conscience noire.

Pour ce faire, nous avons mis en place un plan d’action qui s’articule autour de ces trois grands axes :

 

  1. Le plaidoyer 
  2. Le développement des compétences
  3. La production des connaissances

Notre champ d’action :

 

Pour mieux expliciter notre champ d’action, nous revenons dans ce qui suit sur les étapes faites et les étapes à venir.

  • Ce que nous avons fait :

Originellement envisagé comme un havre de sororité et un canal privilégié d’accès à l’information, notre groupe a évolué bien au-delà de ces premières intentions. Nous avons utilisé les données collectées comme levier pour des initiatives de sensibilisation et de plaidoyer ciblant les enjeux spécifiques à notre communauté. Bien que notre espace reste exclusif, nous avons élargi notre spectre d’action en organisant des événements publics, soulignant ainsi l’importance de notre cause et la diversité des défis rencontrés.

 

Actuellement, notre engagement dépasse le cadre du plaidoyer traditionnel. Nous avons décidé de nous rapprocher encore plus des communautés que nous représentons, en travaillant sur leurs visibilisation et empowerment. En effet, nous avons mis en place un projet phare visant à lutter contre le décrochage scolaire chez les filles noires afin de les faire sortir de l’ombre, de les replacer au centre de l’attention et de leur fournir les moyens et outils nécessaires pour s’insérer pleinement dans les sphères économiques et sociales. Ce faisant, nous ne nous contentons pas de défendre nos droits ; nous forgeons activement un avenir où chaque femme noire peut réaliser son potentiel sans entraves.

  • Ce qui nous reste à faire :

 

Conscientes des défis et enjeux auxquels nous, en tant que femmes tunisiennes noires, sommes/serons confrontées afin de développer une conscience noire, il nous paraît indispensable de renforcer notre champ d’action en travaillant davantage sur nos axes de travail définis précédemment.

 

En ce qui concerne le plaidoyer et la sensibilisation, nous envisageons de :

Organiser des campagnes de sensibilisation ciblées pour déconstruire les stigmas et les stéréotypes ancrés dans l’imaginaire collectif de la société.

 

Développer et mettre en œuvre des stratégies de plaidoyer visant à influencer les politiques publiques et les pratiques institutionnelles, pour promouvoir l’égalité des droits et combattre la discrimination raciale et de genre.

Collaborer avec d’autres organisations et réseaux, tant au niveau national qu’international, pour renforcer les efforts de plaidoyer et de sensibilisation.

 

Quant au développement des compétences, nous pensons à :

 

Proposer des ateliers, des formations et des programmes de mentorat destinés aux femmes tunisiennes noires pour les aider dans le développement de leurs compétences professionnelles, sociales ainsi que de leur sens de leadership.

 

Faciliter l’accès à l’éducation et aux opportunités économiques pour les femmes noires, en particulier dans les domaines où elles sont sous-représentées.

 

Encourager l’entrepreneuriat féminin au sein de la communauté tunisienne noire par le biais de soutien financier, de conseils, et de réseautage.

Pour la production des connaissances, il nous semble important de :

  • Mener des recherches et études approfondies pour documenter la situation des femmes noires en Tunisie, identifier les obstacles à leur pleine participation sociale et économique, et évaluer l’impact des politiques sur leur bien-être.
  • Publier des rapports, des articles scientifiques, et des études académiques pour diffuser les connaissances acquises, créer notre propre narratif, avoir la main sur notre histoire et retracer les résidus discriminatifs de la mémoire collective.
  • Produire des connaissances et savoirs autour du passé et du présent de la population tunisienne noire.
  • Favoriser le dialogue et l’échange sur la question des Noirs en Tunisie en organisant des manifestations scientifiques, culturelles et artistiques.
  • Créer une bibliothèque virtuelle rassemblant tous les travaux effectués sur la question des Noirs en Tunisie.

 

Notre vision :

 

Dans l’avenir, nous cherchons à créer une vision large et ambitieuse aspirant à :

 

Une égalité substantive

 

L’objectif de l’égalité substantive va au-delà de l’accès égal aux opportunités. Il cherche à transformer les structures et les systèmes qui perpétuent l’inégalité et l’exclusion. 

Le collectif “Voix des Femmes Tunisiennes Noires” s’efforce d’identifier et de démanteler les barrières systémiques, en travaillant pour que toutes les personnes, indépendamment de leur genre, race, orientation sexuelle, capacité, âge, origine ou statut migratoire, puissent non seulement accéder aux mêmes opportunités mais aussi obtenir des résultats.

 

Une lutte intersectionnelle : 

 

L’intersectionnalité est un cadre essentiel pour comprendre comment diverses formes d’oppression se croisent et affectent les individus de manière complexe et multifacette. 

Le collectif “Voix des Femmes Tunisiennes Noires” s’engage à aborder les injustices non pas isolément mais dans leur imbrication, reconnaissant que le racisme, le sexisme, la queerophobie, l’ablisme, l’agisme, le régionalisme, le nationalisme et les défis liés à la situation migratoire s’entrelacent pour créer des expériences uniques d’oppression et de résilience. En mettant en lumière ces intersections, le collectif vise à élaborer des stratégies de lutte et de soutien qui répondent aux réalités vécues par les femmes noires et autres communautés marginalisées, assurant ainsi une approche véritablement inclusive et équitable dans la quête de justice sociale.

 

Une approche décoloniale :

 

La décolonisation est un processus profond de remise en question et de transformation des héritages coloniaux qui persistent dans les structures actuelles. 

 

Le collectif reconnaît l’importance de déconstruire les narratifs et les pratiques qui perpétuent l’inégalité et l’oppression, en travaillant à redéfinir l’identité, la culture et les droits à travers une lentille décoloniale. Cette démarche implique de réimaginer les relations de pouvoir, de valoriser les savoirs et les cultures opprimés par le colonialisme, et de promouvoir une autonomie et une réappropriation culturelle qui honorent les traditions, les langues et les histoires des peuples indigènes et des communautés noires. 

En se focalisant sur la décolonisation, le collectif aspire à libérer les esprits et les sociétés des chaînes du passé, ouvrant la voie à un futur où équité et respect mutuel prévalent.

 

Une approche participative :

 

L’approche participative est au cœur de la mission du collectif, soulignant la conviction que les membres des communautés servies sont les mieux placés pour identifier leurs besoins et diriger les solutions. Cette approche garantit que les programmes et les initiatives sont conçus avec, et non pour, les communautés, en facilitant leur engagement actif à chaque étape – de la planification à la mise en œuvre, jusqu’à l’évaluation des projets. En valorisant la participation et l’expertise vécue des femmes noires et d’autres groupes marginalisés, le collectif assure que ses actions sont réellement résonnantes et transformatrices, reflétant les aspirations et répondant aux défis spécifiques de ceux qu’il cherche à servir.

 

Une centralisation des communautés :

 

Mettre les communautés au centre signifie reconnaître et prioriser leurs voix, choix et bien-être dans toutes les décisions et actions. 

Le collectif s’engage à être un facilitateur plutôt qu’un directeur, soutenant les initiatives qui émanent de la base et qui sont dirigées par les communautés elles-mêmes. Cette philosophie repose sur la conviction que le changement durable ne peut être atteint que lorsque les bénéficiaires des actions sont considéré.e.s comme des partenaires égaux/les, possédant une agence et une capacité d’action. 

En plaçant les communautés au centre de son travail, le collectif vise à renforcer l’autonomie et l’empowerment, permettant aux femmes noires et groupes marginalisés de prendre en main leur destinée et de modeler activement un avenir plus juste et inclusif.


Contacts

Téléphone
b776fe97380145113c0422a23e00ad38
Mobile
b776fe97380145113c0422a23e00ad38
Email
b776fe97380145113c0422a23e00ad38

Structure

Voix des Femmes Tunisiennes Noires est structurée en tant que: Réseau d'associations

Événements 0 événements au total


Projets 0 projets au total


Opportunités 2 opportunités au total



On en parle


Membres

Membre de l'association Voix des Femmes Tunisiennes Noires ?
Inscrivez-vous et rejoignez la sur Jamaity dès maintenant !



Recommandations


Aucune recommandation pour l'instant

Soyez le 1er à écrire votre avis.

Votre recommandation

Vous devez être connecté pour écrire un recommandation.



Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo