Exprimer mon avis

Handicap International lance un appel à candidature pour un Superviseur Retour vers les opportunités



Échéance

05 Mars 2017 Il y a 2 années

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Tunis
Domaines concernées par cette opportunité: Santé et 1 autre(s) domaines

Handicap International cherche un Superviseur pour une étude autour du handicap auprès des 5ans et plus dans une délégation du Grand Tunis Avril-Mai 2017

Projet demandeur : Etude sur les incapacités, l’accès aux services et la participation sociale des personnes handicapées dans une délégation du grand Tunis

Lieu de la mission : Une délégation du Grand Tunis

Type de mission : Supervision d’une enquête

Partenaires impliqués : Handicap International, l’Institut National des Statistiques et le Ministère des Affaires Sociales

Nom coordinateur de la mission : Manel MHIRI ; mmhiri@hi-maghreb.org

Dates : Avril/Mai 2017

Durée de la mission : 5 semaines

Financement mission : Le gouvernement Princier de la Principauté de Monaco

1.CONTEXTE DE LA MISSION

1.1 Contexte général de la mission et présentation du projet 

Présentation de l’organisation commanditaire
Handicap International est une association de solidarité internationale spécialisée dans le domaine du handicap. Non gouvernementale, non confessionnelle, sans affiliation politique et à but non lucratif, elle intervient dans tous les contextes aux côtés des personnes handicapées, pour leur prêter assistance et les accompagner dans leur prise d’autonomie. Depuis sa création en 1982, l’organisation a mis en place des programmes de développement dans près de 60 pays, et intervient dans de nombreuses situations d’urgence.
L’association intervient dans tous les contextes aux côtés des personnes handicapées, pour leur prêter assistance et les accompagner dans leur prise d’autonomie. L’aide déployée par l’association s’effectue selon une approche globale et inclusive qui considère les personnes handicapées au sein de leur environnement social, économique et culturel. Autrement dit, il s’agit de permettre aux personnes handicapées de vivre dignement par l’égalité de l’accès aux soins, mais aussi au travail et aux loisirs. Dans les contextes de crise comme dans une perspective de développement, Handicap International place les personnes handicapées au coeur de sa stratégie d’intervention, en apportant le plus grand soin à ce que les populations aidées deviennent progressivement actrices de leur propre développement. Pour ce faire, chaque fois que cela est possible, l’association s’appuie sur les réseaux existants dans les pays (associations d’entraide ou de personnes handicapées, instances régionales ou gouvernementales) et leur apporte structure et soutien pour renforcer leurs capacités d’intervention.

Présentation du programme
Handicap International Tunisie fait partie d’un programme Maghreb dont le bureau régional est basé à Rabat au Maroc. Les actions de l’association en Tunisie, ont comme objectif l’amélioration structurelle des conditions de vie, l’insertion et la pleine participation sociale des personnes handicapées. Actuellement, les projets portés par Handicap International en collaboration avec ses partenaires institutionnels et associatifs oeuvrent à :

  • Renforcer l’accès aux services pour les personnes handicapées, en particulier dans les domaines de l’éducation, de l’emploi et de la formation professionnelle ;
  • Renforcer le mouvement de promotion des droits des personnes handicapées et le soutien à leur participation politique dans le contexte de démocratisation de l’espace public.

De manière transversale, l’association travaille sur les questions liées au plaidoyer pour une participation accrue des personnes handicapées dans le développement économique et social, à la coordination des acteurs ainsi qu’à l’intégration du handicap au sein des politiques publiques locales et nationales.

Contexte et justification du projet
La production de données fiables et comparables sur le handicap intéresse les autorités publiques, principalement le Ministère des Affaires Sociales (MAS), en charge du handicap, qui est actuellement engagé dans l’élaboration de la nouvelle stratégie nationale du handicap. En effet, au-delà de la prévalence, les acteurs s’accordent sur le fait que le manque de connaissances sur la participation sociale et l’accès des personnes handicapées aux services de base entrave l’élaboration de politiques et programmes publics efficaces. Ce type de données est également utile pour d’autres ministères ou agences nationales (Santé, Education, l’Agence nationale de l’Emploi et du Travail Indépendant…) pour assurer la mise en place de politiques inclusives. Les autorités sont également intéressées par les méthodologies qui peuvent leur permettre de suivre des indicateurs de progrès de l’inclusion des personnes handicapées.
Le Ministère des affaires sociales, l’Institut National de la Statistique et le Conseil National de la Statistique considèrent par ailleurs que la conduite d’une enquête spécifique à une échelle pilote pourraient apporter les recommandations nécessaires aux futures études sur le handicap. Le ministère des affaires sociales a inscrit dans ses priorités la conduite d’une étude exhaustive sur le handicap planifiée dans le plan de développement quinquennal 2016-2020. Si tout le monde s’accorde sur ce besoin, réaliser une enquête qui aborde aussi bien les questions de prévalence que celles relatives à la participation sociale, nécessite une préparation rigoureuse engageant l’ensemble des acteurs impliqués. Cet ambitieux chantier nécessite des savoir-faire en terme méthodologique, de pilotage, de formation et d’analyse qu’il serait utile de tester/développer dans le cadre d’actions plus circonscrites afin d‘en tirer les leçons apprises, et les bonnes pratiques.
Une récente étude de l’Unicef, réalisée avec l’appui du Groupe de Travail sur les Statistiques du handicap a référencé l’ensemble des données existantes sur le handicap en Tunisie et a évalué la qualité des informations produites. Plusieurs études ont permis d’estimer la prévalence du handicap mais donnent des chiffres contrastés du fait d’une diversité dans les outils utilisés pour identifier les personnes handicapées mais aussi dans les méthodologies appliquées ou les publics ciblés. Parmi les données les plus récentes, le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2014 a montré une prévalence nationale de 2,3%. Pour le RGPH, l’Institut National de la Statistique (INS) a adopté pour la première fois le questionnaire court (« short set ») de questions sur le handicap développé par le Groupe de Washington sur les statistiques du handicap, outil qui fait aujourd’hui consensus au niveau international pour l’identification des personnes handicapées.
Au vu de ces différents éléments, il a été décidé de mener une étude pilote qui fournirait des informations sur la participation sociale et l’accès aux services des personnes handicapées et qui permettrait de valider une méthodologie d’étude spécifique. Les résultats de cette étude et sa méthodologie pourraient être repris plus tard par les acteurs impliqués pour mener des études plus large, notamment une enquête nationale sur le handicap.
En effet, l’objet de ce projet est de mener une étude qui permette de fournir aux acteurs tunisiens impliqués dans le déploiement de politiques, programmes et services destinés aux personnes handicapées des données fiables sur la prévalence du handicap, la participation sociale et l’accès aux services de base.

Présentation de l’étude
Objectifs spécifiques :
Identifier un échantillon de personnes handicapées dans la population générale, âgée de 5 ans et plus, dans une délégation du Grand Tunis
Comparer la participation des personnes handicapées avec un groupe témoin de personnes non handicapées
Identifier des barrières spécifiques aux personnes handicapées dans des secteurs clés tels que l’éducation, l’emploi et la santé
Désagréger les données par genre, âge et, quand pertinent, type de limitations fonctionnelles et sévérité des difficultés déclarées

Méthodologie :
Le choix méthodologique s’est porté sur une enquête quantitative en population générale, réalisée en deux temps : une première étude en population générale, au niveau des ménages, pour identifier les personnes handicapées, et ensuite une étude cas-témoin pour comparer la situation d’un groupe de personnes handicapées avec un groupe de personnes non handicapées (appariés selon le genre, l’âge et le quartier).

Population cible : La population générale habitant dans la délégation sélectionnée, âgés de 5 ans et plus. Il s’agit donc de questionner des chefs de ménages et autres membres de la familles (personnes handicapées et non handicapées)

Localisation : L’étude sera mise en oeuvre dans l’une des délégations du Grand Tunis.


2.JUSTIFICATION DE LA MISSION & RESPONSABILITES

2.1. Justification

En vue d’assurer une bonne qualité de l’étude, un mécanisme de supervision et de suivi de l’enquête terrain est nécessaire. Ceci permettra de sécuriser la fiabilité des données, la réduction du biais lié à l’intervention de l’enquêteur, les erreurs d’identification, les risques d’intégrer des fausses informations, risques liés à la fatigue des enquêteurs et autres risques possibles.
Pour ce faire, Handicap International a besoin de recruter 2 superviseurs.

2.2. Responsabilité et mission des superviseurs

Ces superviseurs auront un rôle clé dans l’organisation de l’enquête et de la collecte de données. Il/Elle doit s’assurer que le travail est pleinement accompli et maintenir la qualité des données tout au long de la collecte. Il/Elle est également responsable du travail et de l’efficacité de l’équipe d’enquêteurs qu’il/elle supervise ainsi que de leur bien-être et sécurité lors des déplacements. Il/elle devra être mobile afin de pouvoir encadrer son équipe là où l’enquête sera menée. Il/Elle pourra appuyer les enquêteurs dans la réalisation de l’enquête.
Il est primordial que le superviseur ait une facilité à travailler en équipe, à diriger un groupe et à maintenir une ambiance de travail coopérative et positive.
Le superviseur devra faire preuve d’un bon sens de la communication et d’un esprit d’équipe. Il/Elle devra également être capable de gérer positivement des situations de stress et savoir apporter des solutions efficaces aux problèmes rencontrés. Le superviseur devra interagir de manière pertinente avec la cheffe de projet et l’alerter de manière efficace et adéquate.
Le superviseur devra s’assurer que les enquêteurs ont bien contrôlé et vérifier leur travail afin de s’assurer que les erreurs soient identifiées, corrigés autant que possible et restent dans des proportions acceptables.
Sous la supervision de la cheffe de projet, les superviseurs auront la responsabilité globale de Préparer, organiser et gérer le travail terrain ainsi que le contrôle qualité.
Lors de la préparation, les superviseurs auront la responsabilité de :

  • Suivre la formation et être parfaitement à l’aise et en maitrise du matériel nécessaire à l’enquête (manuel de l’enquêteur, questionnaire et matériel de saisie des questionnaires)
  • Identifier avec la cheffe de projet les zones où l’équipe doit intervenir
  • Assurer la logistique de l’enquête
  • Communiquer avec les autorités locales en cas de besoin pour les informer au sujet de l’enquête.


Lors du travail de terrain,
les superviseurs auront la responsabilité de :

  • Assigner le travail et déployer l’équipe sur la zone
  • Assurer le suivi et contrôle du travail des enquêteurs
  • Conduire le contrôle qualité
  • Communiquer sur l’avancée de l’enquête et les éventuels problèmes rencontrés avec la cheffe de projet
  • Coordonner et assurer le transport et le repas de l’équipe d’enquêteurs
  • Maintenir un esprit positif au sein de l’équipe
  • Assurer un planning précis des activités terrain
  • Veiller à l’existence et maintien du matériel nécessaire pour l’enquête
  • Vérifier l’exhaustivité des données collectées
  • Appuyer les enquêteurs pendant la phase de collecte de données


De façon plus générale, les superviseurs devront :

  • Respecter les règles éthiques en lien avec l’étude
  • Traiter l’ensemble des personnes interrogées ou associés à la collecte de données avec respect
  • Faire preuve d’autonomie
  • Maintenir une bonne communication avec les personnes interrogées ou contactées et avec l’équipe d’enquêteurs
  • S’assurer d’agir avec prudence et respect des normes de sécurité, des procédures administratives et contractuelles
  • Maintenir la confidentialité des données recueillies


2.3. Informations et Conditions liées à la mission

Lieu et Période de la mission :
L’enquête est prévue dans l’une des délégations du Grand Tunis sur un délai de 5 semaines, entre le 2 avril et le 14 mai.
Une semaine de formation obligatoire est également à prévoir. Elle aura lieu durant la deuxième quinzaine du mois de mars. Les dates seront confirmées plus précisément lors des entretiens.

Les superviseurs seront ensuite envoyés sur le terrain. La durée de travail est fixée du mardi au dimanche inclus. Les jours fériés sont également inclus pour les besoins de la collecte de données. La date de démarrage de la collecte sur le terrain sera confirmée plus précisément lors des entretiens.

Conditions et Rémunération :
Une fois les candidats présélectionnés suite aux entretiens, une formation obligatoire de 5 jours aura lieu à Tunis durant la deuxième quinzaine de mars (date exacte à confirmer plus tard). La formation permettra de confirmer ou infirmer la sélection et le recrutement pour participer à l’enquête.
Une rémunération de 840Dt NET est prévue pour les 5 semaines d’enquête. La semaine de formation n’est pas rémunérée.
Les couts liés à l’enquête (communication, déplacement, …) seront pris en charge par HI selon les règles et procédures internes de l’organisation.

Critères d'éligibilité

  • Avoir un diplôme universitaire ; Le fait d’être inscrit en parcours de recherche et/ou un diplôme en sciences sociales est un avantage.
  • Expérience de supervision d’enquête de terrain et d’encadrement d’équipe est un avantage.
  • Expérience de participation à des enquêtes ménages et individuelles d’envergure est un avantage.
  • Avoir un sens des responsabilités et être autonome.
  • Avoir une posture et attitude reconnaissant les Droits Humains, respectant la différence et la diversité humaine.
  • Avoir une bonne présentation, des capacités de communication et de négociation.
  • Avoir un esprit d’équipe.
  • Prêt à se déplacer dans le Grand Tunis.
  • Savoir utiliser une tablette numérique ; Expérience d’enquêtes saisies sur tablette serait un plus.
  • Maitriser l’arabe et le français.

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à candidature Publié sur Jamaity le 28 février 2017


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo