Exprimer mon avis

Projet Pilote SOLiD – South Mediterranean Social Dialogue Retour vers les projets


Durée du projet: 2 an(s) 11 mois

Jan 2016 Dec 2018

Partager le projet sur

Objectif général

L’objectif final de SOLiD est de développer les capacités des syndicats des travailleurs et des organisations patronales et ce en Tunisie, Jordanie et Maroc, afin de promouvoir un dialogue social dynamique, inclusif, institutionnalisé et renforcé, et ce en consultation avec les organisations de la société civile.

Objectifs spécifiques

  1. Créer et maintenir un environnement facilitant le dialogue entre les partenaires sociaux.
  2. Promouvoir un dialogue multipartite et civique avec les organisations de société civile et les autorités régionales et locales.
  3. Promouvoir une communauté de pratiques en identifiant et partageant des outils innovants et des modèles de dialogue social efficace.

Plus de détails

SOLID – SOUTH MED SOCIAL DIALOGUE

A propos de SOLiD :

SOLiD-South Mediterranean Social Dialogue est un projet pilote pour la promotion du dialogue social dans le voisinage sud de la Méditerranée. Le programme s’étend sur 3 ans (2016-2018) avec un budget de €3.750 millions, cofinancé par l’Union Européenne à hauteur de 80%.

Partenariat

SOLiD réunit des représentants régionaux et internationaux des partenaires sociaux ainsi qu’un nombre important de partenaires appartenant à l’Union Européenne. Le projet est ainsi implémenté par un consortium constitué de 10 membres :

  • ITUC (Confédération Internationale Syndicale)

  • BUSINESSMED (Union Méditerranéenne des Confédérations d’Entreprises)

  • SOLIDAR (Réseau Européen des ONG)

  • CNT Belgique (Conseil National du Travail)

  • CESE Maroc (Conseil Economique, Social et Environnemental)

  • ATUC (Confédération Arabe Syndicale)

  • ANND (Réseau Arabe des ONG pour le Développement)

  • ISCOS (Institut Syndical Italien pour la Coopération et le Développement)

  • Progetto SUD Italie (L’Institut du Projet Sud)

  • AIP (Association De l’Industrie du Portugal)


Les Groupes Cibles

Les groupes cibles sont une combinaison des membres des organisations patronales, des syndicats des travailleurs ainsi que des organisations de la société civile en Jordanie, Tunisie et Maroc :

  • Organisations patronales et membres de BUSINESSMED : CGEM (Confédération Générale des Employeurs du Maroc), UTICA (Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat) et JCI (Chambre Jordanienne de l’Industrie).
  • Syndicats des travailleurs et membres de ITUC/ATUC : UGTT (Union Générale des Travailleurs Tunisiens), GFJTU (Fédération Générale des Syndicats Jordaniens), UMT (Union Marocaine des Travailleurs), UGTM (Union Générale des Travailleurs Marocains) and CDT (Confédération Démocratique du Travail).
  • Organisations de la société civile affiliées ou travaillant avec SOLID et ANND : Association des Avocates pour les Droits de l’Homme de Jordanie, L’Union Générale des Femmes de Jordanie, L’Espace Associatif du Maroc, L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates et l’Institut Arabe des Droits de l’Homme en Tunisie.


Résultats Attendus

Le résultat principal attendu est d’aboutir aux changements souhaités d’attitudes et de capacités des groupes cibles vis-à-vis les concepts et pratiques du dialogue social. Ces changements seraient conduits à travers des résultats plus précis :

  1. Une meilleure compréhension des mécanismes du dialogue social et de la situation économique et sociale dans les pays ciblés, une connaissance supérieure des outils et modalités d’amélioration et d’institutionnalisation du dialogue social, à travers une coopération optimale entre les partenaires sociaux.
  2. Un échange optimal et un apprentissage mutuel entre les parties prenantes.
  3. La promotion des politiques du dialogue social ainsi qu’un échange des meilleures pratiques dans la région, qui seraient ultérieurement développées au niveau Euro-Méditerranéen.


Activités

Durabilité, efficacité et réalisme étant les maîtres mots de ce projet, des lots d’activités ont été fixes pour atteindre les objectifs et obtenir les résultats escomptés. Le projet comporte 25 actions, 28 publications, une base de données, un site web ainsi qu’un nombre considérable de matériel multimédias. Les principales activités sont résumées comme suit :

  • Travail de recherche et d’analyse : Un lot d’actions et de stratégies fournissant une plateforme de développement et d’avancement à travers les opérations.
  • Développement de Capacités : Il s’agit de la colonne vertébrale du projet et constitue l’un des objectifs principaux.
  • Partage d’expériences et échanges : Il s’agit d’une activité cruciale pour la compréhension mutuelle. C’est également un outil enrichissant pour appréhender les conflits d’intérêt apparents.
  • Discussions thématiques et approches innovantes autour des défis du dialogue social : Il s’agit de réunir les partenaires sociaux autour d’une même table pour discuter les défis à venir et réfléchir à des approches innovantes pour convenir de solutions et actions durables et concrètes.
  • Dialogues avec la société civile et les autorités locales : L’implication des partenaires parvenant d’autres horizons dans les discussions et autres interactions stimulantes entre les diverses organisations, en explorant de nouvelles compétences et capacités, serait un moyen efficace pour injecter dans le projet de l’innovation et du savoir-faire.
  • Collecte d’informations et de savoir et les outils de coopération pour les travaux futurs : La base de donné et les expertises et expériences cumulées seraient un atour pour les travaux futurs autour du dialogue social dans la région et entre les partenaires des deux rives de la Méditerranée.
  • Gestion, Implémentation et Actions de communication : Il s’agit d’une série d’activités de support, incluant les structures de conseil et de gestion, de monitoring et d’évaluation, un plan de communication et des actions de visibilité, ainsi que les supports des activités, des produits et des résultats.
  • Des conférences et des séminaires pour renforcer la communauté de pratiques : Dans le cadre de l’ENI (European Neighborhood Instrument), pour promouvoir le dialogue social entre les partenaires sociaux de l’UE les institutions de dialogue social (conseils économiques et sociaux…), stimuler le travail dans la région élargie du voisinage sud de la Méditerranée et ce en accordance avec le travail de l’UpM.


Les Phases :

Phase 1- 2016 :

Cette phase est dédiée au diagnostic des structures et institutions de dialogue social existantes, les accords de négociations collectives existants mais aussi des parties prenantes impliquées dans les pays cibles. Cette étude examinera également les contextes économiques, sociaux et politiques des 3 pays, fournissant des aperçus additionnels de l’environnement du dialogue social. Une immersion totale dans le fonctionnement des groupes cibles et de leurs réputations sera réalisée à travers des sondages initiaux et finaux, assurant une appréciation impartiale et efficace de l’impact du projet. Plusieurs ateliers de développement de capacités des partenaires sociaux, régionaux et nationaux, sont planifiés durant cette phase.

Phase 2-2017 :

Cette phase marquera le début de la pratique concrète du dialogue social à travers des discussions, bipartites, tripartites et multipartites, entre les différentes parties prenantes, en parallèle des séminaires, ateliers de travail, échanges et visites d’étude. L’efficacité des résultats de cette phase dépendront grandement de l’exactitude des conclusions de la phase précédente.

Phase 3-2018 :

Cette phase finale devrait être le produit des nombrables consultations bipartites (Employeurs et Travailleurs) et capitaliserait sur les conclusions, résultats et littérature technique fournis par les phases précédentes, conduisant à un programme plus large, i.e. une dimension Euro-Méditerranéenne. Les conclusions principales seront présentées lors de 2 conférences. Le produit de la première conférence serait une déclaration de politique commune réunissant les parties prenantes, et qui illustrerait une vision unie des principes et des bonnes pratiques du dialogue social dans la région. La deuxième conférence devrait conduire à la création d’une « Charte du Voisinage Sud de la Méditerranée » ou « La Charte SOLiD », et qui s’emploierait à promouvoir une communauté de pratique Euro-Méditerranéenne, ouvrant la voie pour un travail sur les politiques et les pratiques du dialogue social dans la région du Sud de la Méditerranée.

 

Données disponibles

Le projet sur les réseaux sociaux

Régions bénéficiaires

Ariana et 23 autre(s) régions


Projet Pilote SOLiD – South Mediterranean Social Dialogue
Site web du projet

Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo