Exprimer mon avis

Mise en œuvre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) Retour vers les projets


Durée du projet: 3 an(s)

Jan 2011 Jan 2014

Partager le projet sur

Objectif général

En Tunisie, dans les secteurs particulièrement touchés, les acteurs du secteur public, du secteur privé et de la société civile sont préparés aux changements climatiques. Les institutions tunisiennes mettent en œuvre des stratégies sectorielles visant à réduire les émissions de GES et à faciliter l’adaptation aux changements climatiques en se basant sur le bonne gouvernance et en tirant profit des connaissances acquises dans le cadre du projet.

 

Plus de détails

La Tunisie sera largement affectée par les changements climatiques globaux. Le pays est confronté à des températures extrêmes durant les mois d’été, à un recul des précipitations et à des périodes de sécheresse et d’humidité extrême de plus en plus fréquentes.

Les ressources en eau y sont déjà surexploitées. Les effets directs du changement climatique, comme l’érosion des sols et le recul de la production agricole, portent préjudice à d’importants secteurs de l’économie nationale et représentent une menace pour les habitats humains et pour de nombreux écosystèmes.

La Tunisie a ratifié la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) ainsi que le Protocole de Kyoto. Toutefois, le pays ne dispose pas des connaissances ni des conditions institutionnelles et techniques nécessaires pour prendre les mesures qui s’imposent et exploiter les possibilités de la politique climatique internationale.

Démarche
Pour le compte du Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), l’action apporte au secrétariat d’État chargé de l’Environnement un soutien portant sur la protection du climat et l’adaptation aux changements climatiques.

Depuis le début du projet, le pays a élaboré des stratégies ambitieuses de réduction des émissions et a pris des mesures d’adaptation aux changements climatiques. La stratégie nationale pour le changement climatique, appuyée par le projet, procure au gouvernement un outil stratégique pour piloter sa politique climatique à long terme.

Résultats obtenus à ce jour

Adaptation au changement climatique
Les acteurs sont mieux sensibilisés aux effets des changements climatiques. Dans les secteurs de l’agriculture, de la santé et du tourisme, le projet a aidé à mettre au point des stratégies d’adaptation aux changements climatiques.

On a analysé les problèmes spécifiques des écosystèmes tels que la forêt et l’alfa dans un climat plus extrême. Les directives de gestion forestière ont été remaniées en tenant compte des conséquences des changements climatiques.

Dans deux gouvernorats, on a amélioré les systèmes d’information utilisés dans le domaine de la gestion des ressources en eau. Dans le cadre d’un partenariat germano-tunisien pour le développement, on a testé des technologies d’irrigation des oliviers avec des entreprises tunisiennes et allemandes.

Dans l’oasis de Hazoua, le projet montre, avec des entreprises privées, que l’adaptation aux changements climatiques peut devenir rentable : en améliorant les techniques d’irrigation et de culture dans les plantations de palmiers dattiers, on a pu économiser de l’eau tout en augmentant les rendements.

Réduction des émissions de gaz à effet de serre
Le secrétariat d’État en charge de l’Environnement a mis en place un système d’échange de quotas d’émission et a formé le personnel avec l’appui du projet.

La Tunisie a pu ainsi réaliser cinq projets de réduction des émissions qui ont produit des certificats de carbone correspondant à près de 600 000 tonnes de CO2 par an. Ces certificats sont négociables dans le cadre du mécanisme pour un développement propre (MDP) prévu par le protocole de Kyoto. À titre de comparaison : l’ensemble des vols de la compagnie nationale Tunisair en provenance ou à destination de l’Europe produisent chaque année 480 000 tonnes de CO2.

Les secteurs de l’assainissement et de l’agriculture définissent des mesures d’atténuation appropriées au niveau national (MAAN) pour réduire les émissions de GES. La ville de Sfax dresse un inventaire des gaz à effet de serre (GES) et définit des mesures de réduction.

tn-nomaden-am-brunnen-2009_rdax_380x201_100

Données disponibles

Régions bénéficiaires

Ariana et 23 autre(s) régions



Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo