Exprimer mon avis

Rapport du CREDIF sur la violence liée au genre dans l’espace public en Tunisie


Les femmes en Tunisie ont franchi plusieurs étapes vers une égalité réelle avec les hommes cette avancée se situe au niveau juridique, mais aussi, quoi que à un degré moindre au niveau des pratiques quotidiennes. Sous l’impulsion du Président Habib Bourguiba et à travers la promulgation du Code du Statut Personnel(CSP), le 13 août 1956, mais aussi grâce au militantisme de mouvements féministes (ATFD, UNFT, AFTURD, etc.), les femmes tunisiennes ont réussi à imposer la réalité d’un statut égalitaire sur plusieurs plans de la vie sociale : l’éducation des filles a constitué une priorité nationale de la politique éducative des années 60, le droit au travail des femmes a également marqué une avancée considérable par rapport à d’autres pays de la région. Aussi, l’implication des femmes dans le progrès social et la production des richesses a-t-elle été pensée, après l’indépendance, comme une priorité politique. Paradoxalement, et à l’image de ce qui se passe à l’échelle internationale1 , les discriminations à l’égard des femmes restent aussi une réalité en Tunisie (voir, à titre d’exemples, les études de l’ONFP, en 2007 et 2010). Jusque-là, les études se sont focalisées sur les Violences Fondées sur le Genre (VFG) dans l’espace privé (violences familiales, conjugales, violences domestiques ou exercées sur le partenaire intime). L’intérêt pour l’espace public n’est exprimé que de manière secondaire voire marginale.



Vous avez des apparitions médiatiques ou des communiqués de presse à partager?





Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo British Council Logo