Exprimer mon avis

La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme et l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates lance un appel à service :Élaboration d’une étude sur les vecteurs menant à l’extrémisme violent dans les milieux d’incarcération en Tunisie Retour vers les opportunités


LTDH / ATFD
Lancent Appel à candidature

Échéance

27 Février 2019 Il y a 6 mois

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

 

 

  • Contexte de la mission

 

 

L’extrémisme violent est un affront aux valeurs de la société civile engagée dans le maintien d’une paix positive et dans la promotion d’une vraie démocratie, de la sécurité humaine, de la protection des droits humains, du développement durable, et de la justice sociale. En propageant le racisme, la xénophobie et la discrimination et en exploitant cyniquement les croyances religieuses, les différences ethniques et les idéologies politiques, « les extrémistes violents » visent à prendre le pouvoir politique en agissant contre les droits humains et les libertés fondamentales. Leurs idéologies peuvent être adoptées par des individus, des groupes, des corporations ou des Etats.

 

Du 28 au 30 janvier 2017, la Conférence de Barcelone “Vers un nouveau paradigme: prévenir l’extrémisme violent” a accueilli 322 personnes représentant 172 institutions de la société civile de 22 pays de la région euro-méditerranéenne qui ont été impliquées dans un processus participatif pour la formulation de  « La Déclaration de Barcelone : Plan d’Action de la Société Civile euro-méditerranéenne pour prévenir toutes les formes d’extrémisme violent » et le lancement d’une plateforme régionale appelée : Observatoire pour la Prévention de l’Extrémisme Violent (OPEV).

 

Le 22 février 2017 à Tunis, plus que 60 organisations de la société civile tunisiennes ont participé au séminaire « Renforcer la résilience et les discours alternatifs: vers un nouveau plan d’action tunisien pour la prévention des extrémismes violents», et ont souligné l’importance de la mise en réseau et la collecte d’actions prioritaires en Tunisie. C’est dans ce contexte que l’OPEV-Tunisie est né.

 

Présentation du projet SALAM

S’inscrivant dans la dynamique de l’OPEV-Tunisie, les porteurs de l’initiative « SALAM : Prévenir l’Extrémisme Violent en Tunisie » visent à contribuer à la promotion des valeurs démocratiques de la paix et de la dignité humaine en Tunisie à travers le renforcement des compétences des acteurs non-étatiques en matière de prévention de l’extrémisme violent (PEV). Ce projet est financé par l’Instrument de la Stabilité (IdS) sous le Partenariat pour la consolidation de la paix de l’Union Européen à travers l’appel à projets EuropeAid/154272/DD/ACT/TN

 

SALAM s’articule également sur 5 principaux axes à savoir :

  1. Le renforcement l’OPEV-Tunisie comme plateforme de dialogue et de propositions pour la SC tunisienne en matière de politiques publiques visant l’extrémisme violent (EV) ;
  2. La contribution au développement des connaissances sur les causes profondes de l’EV ;
  3. La promotion de la participation des femmes et des jeunes dans la formulation des politiques publiques en PEV, selon les principes de la recevabilité et de la bonne gouvernance ;
  4. La contribution au renforcement de la résilience des jeunes aux récits extrémistes violents ;
  5. La mise en place d’une stratégie pour la PEV dans le milieu carcéral.

Dans ce contexte ; et afin de mettre en place une stratégie pour la prévention de l’extrémisme violent en Tunisie, on lance la réalisation d’une étude qualitative ainsi que quantitative  sur les vecteurs de radicalisation dans les milieux carcéraux ; cette étude permettra aux membres de l’OPEV de mettre en place un processus participatif avec l’ensemble des parties prenantes agissant dans le milieu carcéral (personnel de surveillance, travailleurs sociaux, psychologues et professionnels de la santé du service pénitentiaire, enseignants ou formateurs, prisonniers, OSC, professionnels du secteur de la justice agissant dans les milieux carcéraux) et facilitera  la conception et la mise en œuvre d’un programme d’activités artistiques et culturelles dédiées aux jeunes détenus. La mission du présent appel à service englobe l’ensemble des différentes activités susmentionnées.

 

  • Objectifs de la mission

 

 

La mission a les objectifs suivants :

  • Répondre à une hypothèse  qui considère le milieu carcérale un milieu de radicalisation  (diagnostic participatif)

 

  • Comprendre les vecteurs et les causes de l’émergence de la radicalisation des jeunes dans un milieu carcéral.
  • Expliquer le fonctionnement du milieu carcéral et ses effets sur la radicalisation des jeunes.  

 

 

  • Description des services demandés et considérations méthodologiques :

 

 

Les soumissionnaires doivent inclure au minimum les actions suivantes dans leur note méthodologique :

 

    1. Faire une recherche documentaire et un état de lieu sur l’objet de la recherche en tunisie et ailleurs.   
    2. Réaliser une enquête empirique sur les vecteurs et les causes qui peuvent amener, recruter, renforcer des situations d’extrémisme violent dans les centres de détention couverts par le projet.
    3. Analyser des données et élaboration  des recommandations

 

Remarque : le volet genre et la spécificité de la femme sont nécessaires dans cette recherche

Enquête sur terrain :

 

  • Réalisation d’une enquête qualitative basée sur :
  • Des  entretiens  avec  l’ensemble des parties prenantes agissant dans le milieu carcéral ( les détenu(e)s, personnel de surveillance, travailleurs sociaux, psychologues et professionnels de la santé du service pénitentiaire, enseignants en formateurs, prisonniers, OSC, professionnels du secteur de la justice agissant dans les milieux carcéraux) du Centre de Réhabilitation des Mineurs Délinquants-CRMD de Mghira, de la prison des femmes de la Manouba et la prison de Elkef.

 

  • 4 focus groups (1. OSC, 2. professionnels de la justice ; 3. travailleurs sociaux, enseignants, formateurs, psychologues et professionnels de la santé du service pénitentiaire ; 4. Fonctionnaires de prisons et personnel de vigilance) en vue de réaliser un diagnostic participatif sur l’extrémisme violent dans le milieu carcéral et formuler des actions pour y faire face.

 

  • Formulation d’un diagnostic participatif sur les vecteurs de radicalisation en milieu carcéral.

 

Finalisation de l’étude et validation avec les membres de l’OPEV-Tunisie

 

L’équipe de la recherche sélectionnée devra faire une   réunion avec les membres de l’OPEV-Tunisie pour valider la proposition méthodologique pour réaliser ce travail de recherche.

 

Livrables

 

 

  • Documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-directifs

 

    • Un draft de l’étude comprenant : une synthèse avec résumé et des recommandations
    • Un rapport périodique de mise au pont sur l’état d’avancement de l’étude
    • Un rapport d’analyse sur les vecteurs de radicalisation dans le milieu carcéral

 

  • Listes de présence des focus groupes
  • Rapport final de l’étude

 

Tous les livrables devront être soumis en langue arabe ou en français

 

  • Durée de la mission

 

 

La durée de la mission est estimée entre 6 et 8 mois (entre les mois de mars – octobre  2019)

Tous les livrables devront faire l’objet d’une relecture et commentaires par les porteurs du projet et l’OPEV en vue de validation.

 

 

  • Compétences requises

 

 

Nous saluons des offres des consultants indépendants, des organisations de la société civile, des professionnels des spécialités de sociologie, anthropologie, psychologie, sciences de la culture ou autres discipline pertinente.

 

Le groupe d’experts ou le soumissionnaire doivent présenter au minimum les compétences suivantes :

– Détenteur d’un diplôme de troisième cycle ou équivalent dans un des domaines précités.

– Avoir une expérience de 05 ans au minimum d’expérience pertinente en lien avec la mission.

– Avoir une très bonne compréhension et sensibilité à la question du genre.

-Avoir des capacités de facilitation avec l’utilisation de certaines méthodes participatives 

– Avoir de bonnes connaissances du contexte socio-culturel et juridique tunisien

– Avoir de bonnes connaissances du contexte des milieux de détention

– Avoir une connaissance des concepts, des méthodes, et des outils de formation

– Être rigoureux, méthodique, organisé et avoir le sens de l’écoute

– Avoir une bonne connaissance de l’environnement juridique, politique, institutionnel, économique et social de la Tunisie

– Avoir une juste appréciation des questions politiques

– Avoir le sens de la négociation et de la diplomatie

– Avoir une capacité d’adaptation aux différents profils formés

– Avoir une très bonne maîtrise de l’arabe, du français et de l’anglais ainsi que les outils informatiques

 

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à candidature Publié sur Jamaity le 14 février 2019


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo