Exprimer mon avis

Le PNUD lance un appel à projets dans le cadre du Programme de Micro-financements du Fonds pour l’Environnement Mondial – PMF FEM Retour vers les opportunités



Échéance

22 Juillet 2018 Il y a 5 mois

Partager l'opportunité sur

Détails de l'opportunité

Régions concernées par cette opportunité: Tunisie

Programme de Microfinancements du Fonds pour l’Environnement Mondial – PMF FEM / PNUD Tunisie
Appel à projets 2016 – 6ème phase opérationnelle

Cet appel à projets est composé du texte ci-dessous et de l’annexe1 Formulaire de projet qui fait partie intégrale de l’appel à projets :

Date de lancement de l’appel à projets : 22 mai 2018
Date de clôture : 22 Juillet 2018, 16H00

I. Contexte:

Le Programme de Microfinancements (PMF) du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) fournit aux organisations non gouvernementales et aux organisations communautaires de bases (ONG / OCB) dans les pays en développement des subventions pour leur permettre de relever les défis1 environnementaux mondiaux, tout en répondant aux besoins locaux de développement durable.
Le PMF est un programme CORE du FEM, mis en œuvre par le PNUD et exécuté par l’UNOPS. Le PMF Tunisie a commencé à financer des projets depuis l’année 1993. Depuis lors, il a réussi à financer et à fournir un support technique à plus de 180 projets.
Durant sa 6ème phase opérationnelle (OP6) qui sera mise en œuvre entre 2018 et 2020, le PMF s’est fixé comme objectif de soutenir la création de bénéfices environnementaux globaux et la sauvegarde de l’environnement mondial à travers des solutions communautaires et locales qui complètent et ajoutent de la valeur à l’action nationale et mondiale.

De façon globale, le PMF FEM Tunisie inscrira son action dans le cadre de l’appui à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD), qui est l’instrument de convergence de l’ensemble des politiques publiques, et qui intègre l’ensemble des engagements internationaux du pays en matière de préservation de l’environnement mondial. Il assurera particulièrement la promotion de l’engagement de la société civile dans la mise en œuvre d’initiatives stratégiques en matière de protection et de valorisation de l’environnement.

II. Paysages d’intervention :

Le présent appel à projet sera ouvert à tout le territoire Tunisien, les associations/GDA et SMSA DE BASE enregistrer légalement en Tunisie sont éligible pour soumettre un projet.
Les jeunes associations sont encouragées à participer à cet appel à projet

III. Objectif global :

L’objectif global de cet appel à projet est de soutenir des initiatives communautaires qui permettront de promouvoir des approches intégrées (biodiversité, changement climatique et gestion des terres), inclusives (notamment pour les jeunes et le genre) et novatrices de conservation du patrimoine naturel, incluant la valorisation des connaissances traditionnelles liées à la biodiversité.

IV- Initiatives stratégiques qui seront soutenues par le PMF FEM

  1. Conservation communautaire des paysages terrestres et marins:

Les projets de conservation de paysages doivent identifier des écosystèmes importants et utiliser une approche communautaire de conservation des paysages terrestres. L’adoption d’une approche paysagère basée sur une approche véritablement plurisectorielle avec la participation des communautés dans la conservation des paysages est recherchée. L’intégration de l’approche paysage au sein des projets contribue à promouvoir le lien entre la conservation de la biodiversité, le développement durable et les préoccupations sociales. La mise en œuvre de cette approche par le PMF sera basée sur la liaison entre les micro-financements et des activités de renforcement des capacités, sur les échanges et l’entretien d’un réseau à l’échelle du paysage tout en forgeant de nouveaux partenariats financiers.

Avec l’adoption en 2010 du Cadre du plan stratégique 2020 de la CBD incluant les objectifs d’Aichi, un changement de paradigme se produit dans la manière dont les parties et le système multilatéral abordent ce thème. En particulier, les stratégies de gestion de la biodiversité reconnaissent et renforcent de plus en plus le rôle vital des communautés locales et des peuples autochtones dans la conservation volontaire de la biodiversité en dehors du cadre formel gouvernemental des Aires Protégées.

Les projets appuieront ainsi la reconnaissance, le soutien, et l’efficacité globale de la conservation de la biodiversité, des moyens de subsistance durables et la résilience au changement climatique, contribuant ainsi à la réalisation des Objectifs d’Aichi 11 (zones protégées), 14 (services des écosystèmes) et 18 (connaissances, innovations et pratiques traditionnelles) de la Stratégie globale de la biodiversité 2020.
Cependant, ces modes d’organisation coutumiers sont aujourd’hui de plus en plus confrontés à d’importants défis :

  • La perte de plus en plus importante du savoir faire traditionnel en matière de conservation des ressources naturelles (le transfert des pratiques entre générations est en déperdition) ; La pauvreté et la dégradation des moyens de vie sont les principaux facteurs derrière cette déperdition ;
  • Un important besoin de renforcer les moyens locaux de subsistance pour assurer la continuité de ces pratiques ;
  • Une faible valorisation et reconnaissance de ces pratiques de la part des institutions publiques ;
  • L’absence d’une législation nationale spécifique pour la reconnaissance des pratiques traditionnelles de conservation de la biodiversité.

Dans un contexte de fortes mutations, face aux institutions modernes ainsi qu’aux nouvelles stratégies publiques de gestion des ressources naturelles et de développement rural, l’un des principaux défis à relever pour ces zones est de réussir à conserver « l’efficacité » des modes de gestion traditionnels des ressources naturelles, tout en assurant un certain « équilibre » entre les intérêts de développement économique qui animent les différents acteurs en jeu sur ces territoires.

2. Une agro-écologie innovante et intelligente face au climat

L’agro-écologie peut-être définie comme un ensemble de principes et de pratiques pour améliorer la résilience et la durabilité écologique, socio-économique et culturelle des systèmes agricoles. Par conséquent, l’agroécologie est à la fois une science, une pratique et un mouvement social qui prévoit une agriculture durable.
L’agroécologie utilise les principes écologiques de base pour la conception et la gestion des agroécosystèmes, combinant la production et la conservation des ressources naturelles sur les mêmes unités de terres. Grâce à des pratiques de l’agroécologie, les agriculteurs seront en mesure de gérer les risques associés au changement climatique mieux qu’à travers une agriculture conventionnelle typique qui nécessite souvent des intrants agricoles externes coûteux. Les systèmes d’agroécologie novatrice ne se limitent pas seulement au rendement des cultures, mais cherchent également à être économiquement viable tout en respectant l’environnement.

L’objectif de cette initiative stratégique vise à soutenir de nouvelles approches novatrices et pragmatiques pour l’agriculture qui repose aussi bien sur les connaissances scientifiques de l’agriculture actuelle que sur les connaissances traditionnelles locales des communautés.

Les projets doivent assurer :

  • l’augmentation durable de la productivité agricole et les revenus afin d’atteindre les objectifs de sécurité alimentaire et de développement de la communauté,
  • faire preuve d’approche innovante
  • renforcer la résilience et la capacité d’adaptation au changement climatique des systèmes agricoles et alimentaires ;
  • rechercher des opportunités pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et accroître la séquestration du carbone des terres agricoles de subsistance.

Plus précisément, les projets vont promouvoir le concept et les principes de l’agro-écologie comme un ensemble de pratiques pour permettre aux agriculteurs de profiter :

  • des connaissances agricoles indigènes pour la gestion des ressources naturelles,
  • des pratiques agro-écologiques tels que l’agriculture de conservation, la permaculture, l’agriculture biologique et d’autres pratiques qui seront introduits ou développés.

Les approches novatrices de l’agro écologie reposent non seulement sur la nécessité de remettre en état les terres dégradées, mais aussi de s’adapter à l’évolution du climat. La résilience au niveau des exploitations est l’objectif ultime et cela exige des considérations solides pour le maintien des services éco systémiques à l’intérieur et à proximité des fermes.

Les projets à soutenir dans cette catégorie soutiendront ainsi le développement de nouvelles approches innovantes et pragmatiques. Il s’agira, par exemple, de la promotion du développement et de l’utilisation de matériaux organiques provenant de processus de minéralisation naturelle, de l’utilisation accrue de bons systèmes de gestion des terres, et d’une collaboration avec les communautés pour tester et mettre en œuvre de bonnes pratiques de gestion des terres, comme l’agroforesterie, tout en se concentrant aussi sur le renforcement des capacités des organisations de petits agriculteurs à allier innovation, connaissances traditionnelles et technologies modernes.

Les projets appliqueront les principes d’une agriculture adaptée au changement climatique et une approche paysagère promouvant l’utilisation d’engrais organiques, l’amélioration de la qualité des semences et l’adoption de variétés résilientes aux changements climatiques. Ceci permettera d’améliorer la fertilité des sols, d’augmenter la sécurité alimentaire et de réduire les émissions provenant de la dégradation des terres.
Les projets se concentreront également sur le renforcement des capacités des organisations de petits agriculteurs et sur l’identification des problèmes spécifiques et des solutions proposées par ces organisations communautaires. Ils promouvront une collaboration étroite avec les secteurs public et privé pour aider les agriculteurs vulnérables.

3. Les « co-avantages » de l’accès à l’énergie à faible émission de carbone

Durant l’OP6, l’accent sera mis sur la mise en place de solutions énergétiques ascendantes, « bottom-up », qui sont peu coûteuses et offrent un fort potentiel de réduction des émissions de carbone, y compris les petites centrales hydroélectriques, les systèmes de bioénergie à partir des déchets et les foyers améliorés. Ces solutions alignées sur les stratégies nationales (par exemple, les NAMA, les politiques d’accès à l’énergie, etc.) constituent une partie cruciale de la « décarbonisation », tout en répondant aux besoins énergétiques des communautés rurales éloignées, sans accès à l’électricité et qui comptent encore sur la biomasse traditionnelle pour la cuisson.
Ces solutions énergétiques ascendantes utiliseront également une approche intégrée dépassant le secteur de l’énergie et visant à améliorer la résilience aux changements climatiques, à réduire la pauvreté, à accroître l’égalité entre les sexes et à atteindre les objectifs de développement durable.
Les activités incluront des efforts de renforcement des capacités permettant aux communautés de développer et d’utiliser des technologies innovantes en fournissant un financement catalytique à travers des subventions versées directement aux Organismes de la Société Civile et aux communautés.
Le PMF FEM cherche à appuyer la mise en place de technologies et d’approches innovantes avec un appui financier initial et à encourager une diffusion plus large de ces technologies et approches pour viser une mise à l’échelle. Les solutions énergétiques doivent adresser les obstacles majeurs aux investissements et au financement pour l’accès à l’énergie et l’absence de partage de l’information sur l’alternative et les solutions énergétiques durables disponibles.

L’approche stratégique dans ce domaine d’intervention peut-être résumée comme suit :

  • Financement catalytique pour les technologies communautaires (petites centrales hydroélectriques, solaire, biomasse, bio-énergie, foyers améliorés, etc.) en mettant l’accent sur l’innovation et l’élargissement.
  • Approche intégrée visant à accroître la résilience climatique, la réduction de la pauvreté, l’amélioration de l’égalité des sexes et la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).
  • Développement des capacités permettant à la communauté de développer et utiliser des technologies innovantes.
  • Gestion des connaissances et la systématisation visant à faciliter les échanges entre les communautés pour atteindre un plus grand impact.

4. Coalitions locales jusqu’à mondiales pour la gestion des produits chimiques de niveau local à mondial

En ce qui concerne cette composante, l’appui concernera les populations les plus exposées aux risques que pose l’utilisation ou la consommation de produits chimiques. Les activités consisteront notamment à promouvoir la recherche de solutions innovantes, abordables et pratiques pour la gestion des produits chimiques.
Dans le cadre de la gestion globale des produits chimiques, la priorité consiste à établir des systèmes de certification locale des producteurs et/ou de leurs produits qui pourraient ensuite s’étendre au niveau national à travers des accords entre producteurs et consommateurs. Les activités incluront également la promotion de politiques gouvernementales nationales qui influenceront les marchés, y compris l’importation et l’exportation de produits chimiques. Des outils et approches communautaires innovants seront mis en place de manière à gérer les produits chimiques nocifs et les déchets d’équipements électriques et électroniques.

Qui peut soumettre un projet

Cet appel à projet est ouvert aux organismes de la société civile (ONG, association, organisation communautaire de base (SMSA et GDA) intervenant sur tout le territoire de la Tunisie sur des paysages terrestre et/ou marin.

Budget

L’octroi de subventions dans le cadre de cet appel à projets suivra les lignes directrices opérationnelles du PMF FEM, et le montant maximal de la subvention pour chaque projet ne doit pas dépasser la limite de 50.000 USD. Le plafond de financement ne sera accordé qu’à des projets ayant une portée importante. La moyenne de financement est de 25.000 USD.
Des subventions de 2500 à 5000 USD peuvent être proposées par les associations/GDA/SMSA de base pour l’élaboration de leur cadre stratégique/études ou pour des projets de renforcement des capacités.
Le PMF/FEM applique le principe du cofinancement entre les partenaires pertinents du projet (y compris l’apport de l’ONG, le bénévolat..). Un cofinancement en nature et en espèces est exigé et doit être spécifié dans la fiche de projet.

Durée des projets

La durée de chaque projet en moyenne est de 18 mois et ne doit pas dépasser 24 mois.

Pour télécharger les formulaires de projet, c’est par ici

 

Critères d'éligibilité

  • S’inscrire pleinement dans les lignes directrices de cet appel à projets et dans la stratégie du PMF FEM durant la phase 6
  • Prendre en considération le contexte environnemental national et être alignées avec les objectifs de la stratégie nationale de l’environnement et du développement durable (SNDD) ;
  • être cohérentes et stratégiques ;
  • S’inscrire dans le cadre des initiatives stratégiques du PMF FEM durant l’OP6 et s’inscrire dans les axes prioritaires de financements déclinés dans chaque initiative
  • être mis en œuvre dans les paysages ayant une importance environnementale mondiale reconnue
  • associer les organisations locales et l’administration publique compétente et se baser sur les ressources scientifiques et techniques locales ;
  • s’appuyer sur la participation communautaire lors de la conception, de la mise en œuvre et de l‘évaluation des projets ;
  • prendre en considération l’approche genre et impliquer les jeunes ;
  • avoir un impact évident sur la communauté et sur la conservation des paysages
  • contribuer avec un cofinancement en nature et en numéraire
  • Avoir un ancrage institutionnel (institutions de recherche, administration, organisations internationale)

L'opportunité a expiré

Cette opportunité n'est malheureusement plus disponible sur Jamaity. Visitez régulièrement la rubrique opportunités pour ne plus en rater.

Plus d'informations

Lien de l'opportunité

Suivez Jamaity sur LinkedIn


Obtenez Jamaity Mobile dès maintenant

Jamaity Mobile Promo

Appel à projet Publié sur Jamaity le 22 mai 2018


Découvrez encore plus d'opportunités sur Jamaity en cliquant sur ce lien.




Supporté par

Réseau Euromed Logo UE Logo